Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 01.djvu/152

Cette page n’a pas encore été corrigée


tua le capitaine Tripet et aultres

gens de Picrochole.

CHAPITRE XXXV ===

Ces motz entenduz, aulcuns d’entre eulx commencerent avoir frayeur et se seignoient de toutes mains, pensans que ce feust un diable desguisé. Et quelq’un d’eulx, nommé Bon Joan, capitaine des Franc Topins, tyra ses heures de sa braguette et cria assez hault : « Agios ho Theos. Si tu es de Dieu, sy parle ! Si tu es de l’Aultre, sy t’en va ! » Et pas ne s’en alloit ; ce que entendirent plusieurs de la bande, et departoient de la compaignie, le tout notant et considerant Gymnaste.

Pour tant feist semblant descendre de cheval, et, quand feut pendent du cousté du montouer, feist soupplement le tour de l’estriviere, son espée bastarde au cousté, et, par dessoubz passé, se lança en l’air et se tint des deux piedz sus la scelle, le cul tourné vers la teste du cheval. Puis dist : « Mon cas va au rebours. »

Adoncq, en tel poinct qu’il estoit, feist la guambade sus un pied et, tournant à senestre, ne faillit oncq de rencontrer sa propre assiete sans en rien varier. Dont dist Tripet :

«  Ha ! ne feray pas cestuy là pour ceste heure, et