Ouvrir le menu principal
Cette page a été validée par deux contributeurs.
vi
AVERTISSEMENT.

aujourd’hui ; employés pour marquer les repos de la voix plutôt que pour indiquer aux yeux les moindres parties de la phrase, ils étaient moins nombreux & surtout moins fréquemment répétés. On faisait de la virgule un usage beaucoup plus sobre que maintenant ; les deux-points qui se placent où nous mettons le point & virgule, qu’on n’employait presque jamais, ne servaient que fort rarement à annoncer une citation ou les paroles de quelqu’un ; dans ce cas, on employait indifféremment la virgule ou le point. Quant au point d’interrogation, il était en usage dès qu’il y avait dans l’ensemble de la phrase un sens interrogatif si faible & indéterminé qu’il fût ; parfois enfin il se mettait où nous placerions le point d’exclamation, qu’on ne rencontre pas alors, & que le point simple suffit souvent à remplacer.

Qu’on lise sans prévention une page ou deux où cette ancienne ponctuation est employée, & l’on se convaincra qu’elle conserve bien des finesses de sens que celle des nouveaux éditeurs a fait disparaître. N’en est-il pas de même encore aujourd’hui, & telle lettre familière, qu’on trouvera bizarrement ponctuée si on la rapproche des règles suivies le plus généralement, n’arrive-t-elle pas, par des procédés presque individuels, à se faire fort délicatement comprendre ?

Nous avons respecté aussi certains espaces blancs qui marquent un repos plus grand que le point, moindre