Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 01.djvu/124

Cette page n’a pas encore été corrigée


rompirent les murailles du cloz affin de guaster toute la vendange.

Les pauvres diables de moines ne sçavoient auquel de leurs saincts se vouer. À toutes adventures feirent sonner ad capitulum capitulantes. Là feut decreté qu’ilz feroient une belle procession, renforcée de beaulx preschans, et letanies contra hostium insidias, et beaulx responds pro pace.

En l’abbaye estoit pour lors un moine claustrier, nommé Frere Jean des Entommeures, jeune, guallant, frisque, de hayt, bien à dextre, hardy, adventureux, deliberé, hault, maigre, bien fendu de gueule, bien advantaigé en nez, beau despescheur d’heures, beau desbrideur de messes, beau descroteur de vigiles, pour tout dire sommairement vray moyne si oncques en feut depuys que le monde moynant moyna de moynerie ; au reste clerc jusques es dents en matiere de breviaire.

Icelluy, entendent le bruict que faisoyent les ennemys par le cloz de leur vine, sortit hors pour veoir ce qu’ilz faisoient, et, advisant qu’ilz vendangeoient leur cloz auquel estoyt leur boyte de tout l’an fondée, retourne au cueur de l’égllse, où estoient les aultres moynes, tous estonnez comme fondeurs de cloches, lesquelz voyant chanter Ini nim, pe, ne, ne, ne, ne, ne, ne, tum, ne, num, num, ini, i, mi, i, mi, co, o, ne, no, o, o, ne, no, ne, no, no, no, rum, ne, num, num : « C’est, dist il, bien chien chanté ! Vertus Dieu, que ne chantez vous :

Adieu, paniers, vendanges sont faictes ?

«  Je me donne au diable s’ilz ne sont en nostre cloz et tant bien couppent et seps et raisins qu’il n’y aura, par le corps Dieu ! de quatre années que halleboter dedans. Ventre sainct Jacques ! que boyrons nous ce pendent, nous aultres pauvres diables ? Seigneur Dieu, da mihi potum ! »