Page:Rabelais - Œuvres, édition Lacroix, 1857.djvu/585

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XXIV. — Comment feut en presence de la Quinte faict un bal ioyeux, en forme de tournay.[1]

Le soupper parfaict[2], en présence de la dame feut faict ung bal, en mode de tournay[3], digne non seullement d’estre reguardé, mais aussi de memoire eternelle. Pour icelluy commencer, feut le paué de la salle couuert d’une ample pièce de tapisserie veloutee, faicte en forme d’eschiquier, sçauoir est a carreaulx, moitié blanc, moitié iaulne, chascun large de troys palmes, et carré de tous coustez. Quand en la salle entrarent trente deux ieunes personnaiges, desquelz seze estoyent vestuz de drap d’or, sçauoir est, huict ieunes nymphes[4], ainsi que les peignoyent les anciens en la compaignie de Diane, ung roy, une royne, deux custodes de la rocque[5], deux cheualiers[6] et deux archiers[7]. En semblable ordre estoyent seze aultres vestuz de drap d’argent. Leur assiette sus la tapisserie feut telle. Les roys se tindrent en la dernière ligne, sus le quatrième carreau ; de sorte que le roy auré estoyt sus le carreau blanc, le roy argenté sus le carreau iaulne, les roynes a cousté de leurs roys. La dorée sus le carreau iaulne, l’argentée sus le carreau blanc ; deux archiers aupres de chascun cousté, comme guardes de leurs roys et roynes. Auprès des archiers deux cheualiers, auprès des cheualiers deux custodes. Au ranc prochain deuant eulx estoyent les huyct nymphes. Entre les deux bandes des nymphes restoyent vuides quatre rancs de carreaulx. Chascune bande auoyt de sa part ses musiciens vestuz de pareille liuree, ungs de damas orengé, aultres de damas blanc : et estoyent huyct de chascun cousté, auecques instrumens tous diuers de ioyeuse inuention, ensemble moult concordans, et melodieux a merueille, varians en tons, en temps et mesure, comme requeroyt le progrès du bal. Ce que ie trouuoys admirable, attendu la numereuse[8] diuersité de pas, de desmarches, de saultz, sursaultz, recours, fuites, embuscades, retraictes et surprinses. Encores plus transcendoit opinion humaine, ce me sembloit, que les personnaiges du bal tant soubdain entendoyent le son qui competoyt[9] a leurs desmarches ou retraictes, que plustoust n’auoit signifié le ton la musique, qu’ilz se posoyent en place désignée : nonobstant que leur procédure[10] feust toute diuerse. Car les nymphes qui sont en première filiere, comme prestes d’exciter le combat, marchent contre leurs ennemys droict en auant, d’ung carreau en aultre ; exceptee la premiere desmarche, en laquelle leur est libre passer deux carreaulx : elles seulles iamais ne recullent. S’il aduient qu’une d’entr’elles passe iusques a la filiere de son roy ennemy, elle est couronnée royne de son roy, et prend sa desmarche doresnauant en mesme priuilege que la royne : aultrement iamais ne ferissent les ennemys qu’en ligne diagonale oblicquement,

  1. Ce chapitre et le suivant présentent une description figurée du jeu des échecs.
  2. Achevé.
  3. Tournois.
  4. Les huit pions.
  5. Les deux tours. Les échecs ont gardé le terme de roquer.
  6. Les deux cavaliers.
  7. Les deux fous
  8. Nombreuse.
  9. Convenoit.
  10. Marche.