Page:Quinet - Œuvres complètes, Tome VIII, 1858.djvu/69

Cette page n’a pas encore été corrigée


manteau, s’expliquera par eux, dans son propre langage. Des montagnes et des plaines, fleurs, ouvrez-vous ; trouvez une voix pour dire ce secret que vous gardâtes si bien au fond de vos calices. Les enfants morts en naissant répèteront ici, sur le sein de leurs mères, vos pensées endormies, vos rêves embaumés.

Terre, ouvre-toi pour montrer ton génie. Le chœur des archanges redira tes paroles à son de trompe. Que les étoiles brillent comme la lampe du veilleur quand elle était pleine d’huile. Venez, troupe d’élus, comme l’herbe fauchée, vous entasser autour de moi ; penchez-vous sans rien craindre chacun sur vos nuages, regardez dans l’abîme et soyez attentifs ; le spectacle va durer approchant six mille ans.