Page:Quinet - Œuvres complètes, Tome VIII, 1858.djvu/308

Cette page n’a pas encore été corrigée


trésors, porté un jour, entre mes griffes, un peu de sable du désert, un brin d’herbe arrachée par la bise, à présent j’aurais au moins des feuilles mortes, j’aurais un peu de la poussière de mon chemin pour me faire ma litière.



Saint Marc.

Eh bien, va, si tu veux, pendant une heure, sur la terre. En trois bonds tu l’auras visitée.



Regarde ton caveau de Palestine et les os blancs que tu y avais entassés ; tu viendras après cela nous dire ce que tu auras trouvé.



Saint Jean.

Saint Marc, entendez-vous mon aigle qui glapit sur mon épaule ? Son bec a dévoré mes rayons d’or autour de ma tête ; son aile secoue sur mes reins les boucles de mes cheveux ; sa langue altérée lappe le bord de ma coupe qu’il a vidée.

Aigle du Christ, pourquoi glapir si fort sur mon épaule ?



L’Aigle.

Maître, je vous en prie, laissez-moi retourner dans le creux de mon ravin sur ma montagne de Syrie. Ne verrai-je plus jamais, de ma paupière de diamant, la mer battre de l’aile dans son aire, sur sa couvée de flots qu’elle a suspendus sous mon rocher ? Ne verrai-je plus de ma paupière jaunissante, le soleil qui se bâtissait son nid à découvert sur ma tête, pour me faire une proie de feu dans ma vieillesse ? Détachez l’anneau de mes pieds.

Mes yeux sont las d’épeler l’avenir sur votre rouleau de parchemin ; mes serres se sont usées à soutenir votre âme à la cime du ciel.

Prenez un autre que moi pour boire goutte à goutte dans votre coupe votre boisson de flamme, et pour déchiqueter de ses ongles son lambeau saignant d’éternité. Que m’a servi, dites-moi, de porter sur ma tête un diadème d’émeraudes et d’or de sequins ? Que m’a servi d’embrasser dans mes serres des sceptres d’empereurs,