Ouvrir le menu principal

Page:Quinet - Œuvres complètes, Tome VIII, 1858.djvu/284

Cette page n’a pas encore été corrigée




Le Chœur.

Depuis que le soleil luit sur ma tête, j’ai vu plus d’une église. J’ai vu Saint-Marc avec ses cinq coupoles comme les voiles gonflées d’un vaisseau qui revient de Palestine, dans le port de Venise. J’ai vu le dôme de Cologne qui sort du Rhin comme une fleur des eaux qui chaque siècle pousse un nouveau feuillage.

J’ai vu dans le pays d’Andalousie, où croissent les citrons, des cathédrales pour monseigneur comme un manteau de laine blanche suspendu au clou de son hôtellerie. J’ai vu ta nef, petite chapelle de Brou, comme une agrafe de buis ciselée par les bergers des Alpes pour le berger du ciel.



En France, en Allemagne, et dans le pays où viennent les citrons, quand l’église est achevée, quand les ouvriers sont partis avec leur salaire, le maître qui l’a bâtie se creuse, dans un coin, une niche de jaspe. De là, il veille jour et nuit sur son œuvre ; jusqu’à l’éternité, il la regarde