Page:Quinet - Œuvres complètes, Tome VIII, 1858.djvu/281

Cette page n’a pas encore été corrigée


el.

Mais, mon dieu ! S’il n’y a point de Christ, qui donc nous bénira ? Qui nous mariera ? Qui nous sauvera ?



Mob, à Rachel.

N’en soyez pas en peine non plus. La bénédiction est toujours facile ; le ciel en fait ensuite ce qu’il veut. Les évêques ni les cardinaux ne nous manqueront pas, et le pape Grégoire a déjà mis sur sa tête sa triple couronne ; il vous attend au maître-autel. N’est-ce pas ? Monseigneur.



Le Pape Grégoire.

Je le veux bien. Faites approcher vos deux fiancés.

C’est vous qui tiendrez sur eux l’étole de lin.

à présent, qu’ils me disent leurs noms.



Rachel.

Rachel.



Le Pape Grégoire, à Ahasvérus.

Et vous ?



Ahasvérus.

Mon nom ? Je ne peux le dire. Ma langue ne veut pas le prononcer.



(les morts font une grande ronde autour d’Ahasvérus, en se tenant par la main.)



Chœur des Morts.

Votre nom ? Votre nom ? Pour que chacun le voie, faisons tourner notre ronde autour de lui, comme un serpent d’eau qui se balance dans la source d’un pré. Regardez ! Qu’il est pâle ! Son front a l’air de se courber sous un poids invisible.

Qui est-il donc ?



Un Roi.

C’est un roi qui a laissé sa couronne dans sa tente.



Un Evêque.

C’est un faux dieu qui a perdu son ciel.



Un So