Page:Quinet - Œuvres complètes, Tome VIII, 1858.djvu/262

Cette page n’a pas encore été corrigée


Mob.

Par ici.



Ahasvérus.

Qu’il fait noir !



Mob.

C’est l’ombre de mes ailes.



Rachel, évanouie.

Ah ! Qu’il fait froid !



Mob.

C’est le nuage qui me porte.



Rachel.

Où suis-je ? D’où vient ce bruit qui me réveille ?



Mob.

De la grosse cloche de Strasbourg.



L’orgue et les cloches de la cathédrale de Strasbourg retentissent et se répondent alternativement.



La Cathédrale.

Ma voix, entendez-vous ma voix qui gronde, ma voix qui bourdonne ? Je dormais accroupie sous mon manteau de pierre. Orgue aux tuyaux faits dans le ciel, bel orgue, que me veux-tu ? Pourquoi m’enivres-tu de tes cris comme d’une coupe du vin du Rhin ? Mes cloches et mes clochetons tremblotent, mes vitres frissonnent, mes pieds chancellent sous la grêle et le vent de tes chants. Allons, mes saints de pierre ; allons, mes saints de vermillon assoupis sur mes vitraux, debout ! Entendez-vous ? Allons, mes vierges de granit, chantez dans vos niches en tournant