Page:Quinet - Œuvres complètes, Tome VIII, 1858.djvu/258

Cette page n’a pas encore été corrigée


us dans un de tes tombeaux.



Mais scelle bien la pierre sur ma tête, que je n’en sorte jamais.



Mob.

Tout beau, mon maître. Si vous étiez un limaçon que la pluie trouve en chemin loin de son gîte, ou une vipère dans la broussaille, ou un pauvre dans la rue, je pourrais vous traîner sans façon où vous dites. Mais vous, en ce moment, y songez-vous ? Vraiment je m’en ferais scrupule. Cette jeune fille s’intéresse à vous. Vous avez l’air d’avoir été créés l’un pour l’autre. Une pareille union me touche, et certainement ce n’est pas moi qui la romprai. Tout ce que la morale demande, c’est que cela finisse par le mariage, et c’est moi qui ferai les fiançailles.



Rachel.

Elle, les fiançailles ! Ah ! Fuis ! Fuis ! Tout est perdu, et pour l’éternité.



Mob.

Ma chère, l’exaltation vous rend injuste. Je ne vous connaissais pas ce faux accent de chérubin.



Rachel, à Ahasvérus.

Viens dans mes bras, que je te couvre de mon corps. Elle ne pourra rien contre toi.



Mob.

La passion vous embellit vraiment, Rachel, et ce genre de coquetterie vous va à merveille.

Cependant vous savez que j’ai les nerfs très-irritables, et vous devriez me ménager.



Rachel.

Oh ! Ne le tue pas, Mob, au nom du ciel, laisse-le vivre autant que moi. Si je t’ai offensée, pardonne-moi. Tout ce que tu commanderas, je le ferai. Dis, que veux-tu ?