Ouvrir le menu principal

Page:Quinet - Œuvres complètes, Tome VIII, 1858.djvu/240

Cette page n’a pas encore été corrigée


amie de Rachel.



Rachel chante.

 
" Ne pleurez pas, Dieu de la terre,
si maints autans,
maints ouragans,
contre vous sifflent en colère. "



Berthe.

Rachel, où as-tu appris ce cantique ? Personne ici ne le connaît que toi.



Rachel.

Je l’ai toujours su, et je ne me rappelle pas où je l’ai appris ; de temps en temps il m’en revient quelques mots, je cherche les autres, mais je ne peux pas les retrouver.



Berthe.

Encore une autre chose. Dis-moi donc, Rachel, ton fiancé t’a-t-il demandé de tes cheveux ?



Rachel.

Oh ! Oui.



Berthe.

Et toi, lui en as-tu donné ?



Rachel.

Il y a longtemps.



Berthe.

Alors je me couperai aussi, pour Albert, cette longue tresse, et je lui en ferai une à trois brins, car je l’aime de toute mon âme, et certainement je donnerais ma vie pour lui ; mais je ne voudrais pourtant pas agir autrement que tout le monde.



Rachel.