Page:Quinet - Œuvres complètes, Tome VIII, 1858.djvu/221

Cette page n’a pas encore été corrigée


se lève pour dire au Rhin, et le Rhin à son bord, et le bord à sa barque, et la barque au ciel, et le ciel au jour, et le jour à la nuit : dormez-vous ou veillez-vous ? Moi, je me tais.

Rachel, en cueillant des fleurs. oui, les fleurs savent des secrets que nous ne savons pas ; je veux consulter cette marguerite.

(elle effeuille une marguerite.)



La Marguerite.

Dormez-vous ou veillez-vous ? Moi, je me tais.



Rachel.

Elle était fanée, cette autre encore.



La Marguerite.

Moi, je ne sais dire rien que deux mots : terre, ciel ; terre, ciel ; terre...



Rachel.

Plus que celle-ci, c’est la plus grande.



La Marguerite.

Et moi, je ne sais qu’une syllabe : Christ, Christ, Christ.



Ahasvérus.

C’est vous, Rachel, qui parlez, n’est-ce pas ? Ah ! Laissez ces fleurs. Elles répètent tout ce que le vent leur fait dire. Revenez. Nous serons mieux là pour causer sous ce berceau de chèvrefeuille.



Rachel.

Mon Dieu ! Est-ce possible ? Croyez-vous ? Mais quand vous parlez, il me semble toujours vous avoir entendu quelque part, dans un autre endroit qu’ici, et dont je ne sais plus le nom.



Ahasvérus.

Et moi, si j’arrête mes yeux sur les vôtres, il me semble revoir