Ouvrir le menu principal

Page:Quinet - Œuvres complètes, Tome VIII, 1858.djvu/213

Cette page n’a pas encore été corrigée


miettes autour de la table ronde. Au son du cor, dans la forêt, j’ai convoqué céans la cour d’Arthus.

Douze pairs se sont armés de toutes armures.

De maintes reines qui s’éveillent, Yseult est la plus riante, et la plus belle, et la plus blonde. De maints barons qui vont chevauchant, son amant est le mieux fait, et le plus courtois, et le plus vermeil. Bai est son cheval, sa lance roide, son mantel vair d’écarlate. Ducs, pages, demoiselles aux cheveux d’or, depuis mille ans dormaient dans la forêt de Brocéliande.

Tous disaient quand je passais : éveillez-nous au son du cor.



Au son du cor, avec l’écho, éveillez-vous en Espagne, où les figues mûrissent, rois maures, arabes d’Orient et d’outre-mer Galilée. Sur notre enclume d’émeraudes, le sabre du prophète s’est courbé comme une couleuvre de bruyère.

Sur sa lame, un négroman, de nos parents, a gravé des mots magiques. Dans Grenade la belle, à sa fenêtre que nos ciseaux ont découpée, la sultane s’est assise. Notre pinceau teint ses cils, notre lime polit son sein. Plus pâle que la rose de pré, au loin elle regarde les minarets qui nouent sur leurs fronts leurs turbans de pierre, les agas sur leurs cavales écumantes, les lévriers qui bondissent, et encore l’éclair des yatagans qui jaillissent des fourreaux, et les tentes panachées qui frémissent au cri des clairons, et les forêts qui petillent (ah ! Le bel incendie), et la bataille qui hurle. Va, citronnier d’Espagne, fane-toi ; j’ai dépensé sur ses lèvres plus de parfum que sur tes branches. Mer de Cadix, sèche-toi ; dans ses yeux, j’ai mis plus d’azur, couleur du ciel, que dans ton flot, plus que sur ton rivage où les mules se baignent, plus que dans ta baie, plus que dans ton golfe, dont les galères et les vaisseaux à trois ponts sont amoureux, plus que