Ouvrir le menu principal

Page:Quinet - Œuvres complètes, Tome VIII, 1858.djvu/202

Cette page n’a pas encore été corrigée


nous en direz certainement, et des pays que vos yeux ont rencontrés. Lesquels sont les plus plantureux, et les meilleurs, et les plus avenants, à votre avis ? Où croît l’encens ? Où croît la myrrhe ? Où croît le baume de Syrie ? Nous le voudrions savoir pour guérir votre peine.



Rachel, seule dans sa chambre, en donnant à manger à un sansonnet dans une cage. la tête me fait mal. Depuis que cet étranger est arrivé, je ne peux plus penser à rien. Viens, viens donc, mon joli sansonnet. Tu es toute ma joie, tu n’as point de tristes secrets, toi.

Amuse-moi, réjouis-moi ; je te donnerai une branche d’amandier à becqueter.



Le Sansonnet, dans sa cage.

Rachel, prends garde à l’étranger. Depuis qu’il est ici, je n’ai plus faim de branche d’amandier ; je n’ai plus soif d’eau de source.



Rachel.

Est-ce toi qui as parlé, vilain oiseau ? Non, ce n’est pas toi, n’est-ce pas ? C’est moi qui ai soupiré. Reste seul dans ta cage ; je m’amuserai mieux avec mes giroflées. Oh ! Que vous êtes belles, mes giroflées ! Je vais vous donner un peu de soleil et secouer votre rosée sur la fenêtre.



Le Bouquet de Giroflées.

Rachel, sauve-toi. Depuis que l’étranger est ici, que me fait le soleil ? Le soleil ne m’échauffe plus. Que me fait la rosée ? La rosée ne me rafraîchit plus.



Rachel.

Mon Dieu, est-ce que les oreilles me tintent ?