Ouvrir le menu principal

Page:Quinet - Œuvres complètes, Tome VIII, 1858.djvu/174

Cette page n’a pas encore été corrigée




Chœur de Vieillards.

Spectateurs de ce mystère, bourgeois de France, marchands, citoyens, sur toutes choses, le chœur a toujours donné, dans ses moments de repos, les plus sages conseils, principalement sur les affaires publiques. Ainsi bâtirent leur renom Eschyle et Aristophane, ces hommes moitié divins, grands citoyens s’il en fut, et tels que la nature n’en refera, ni demain ni après, deux semblables, tant d’esprit que de hardi courage ; à la condamnation d’Euripide, qui, tout le contraire, alla flattant le populaire et le corrompant par force révérences et génuflexions de paroles ; et de cela ne retira que mince fumée et grande perte de louange.

Donc, je vous dirai sans demeurée à la fin de cette journée, que maintes choses me déplaisent dans votre état : premièrement, votre légèreté ; secondement, votre vanité ; troisièmement, votre avidité.


Et véritablement rien ne m’agrée tout à fait parmi vous, hors vos chevaux de bataille.

Quand on les to