Page:Quinet - Œuvres complètes, Tome VIII, 1858.djvu/172

Cette page n’a pas encore été corrigée


chevaux bondissent, je te donnerai une coupe d’or pleine du lait de ma cavale.



L’Ermite.

Archers et cavaliers, vous arrivez bien tard.

Hier je suis venu à votre rencontre ; je vous ai attendus ici en feuilletant mon livre. Les vautours sont passés, les corbeaux après eux.

Les loups sont arrivés cette nuit à ma porte et je leur ai montré la route. Il n’y a que vous qui soyez restés si tard à la porte de vos huttes.



Attila.

Compagnon, qu’est-il donc arrivé ? Tes yeux scintillent dans ta niche comme l’oeil de l’épervier dans son nid ; ton livre flamboie comme le livre de la mort.



L’Ermite.

Dites-moi si vous n’avez pas entendu les fleuves sangloter dans les vallées quand vous étiez si longs à attacher vos selles et à plier vos tentes. N’avez-vous pas rencontré sur votre route deux étoiles qui brillent comme les yeux d’un homme à l’agonie, un nuage qui roule sur la montagne un linceul taché de sang, une forêt qui gronde comme des chants de prêtre sur le bord d’un tombeau ? Ce sont mes yeux qui brillaient dans les étoiles ; c’est mon manteau qui pendait dans le nuage ; c’est ma voix qui grondait dans la forêt. C’est que le Christ est mort. Il est mort, mon fils, le Dieu de la terre, et mes archanges chassent à coups de fouet vos chevaux devant ma porte. Ne vous arrêtez pas à boire dans mon puits ; ne vous mettez pas à l’ombre sous mon porche. Allez ! Courez ! Effacez sous vos pieds le sang qui souille encore la terre ; déracinez les villes avant que j’aie fini la dernière page de mon livre. à la place des peuples, faites un grand cimetière où croîtra l’herbe drue comme dans le jardin