Page:Quinet - Œuvres complètes, Tome VIII, 1858.djvu/136

Cette page n’a pas encore été corrigée


amer poison, je veux aussi me dessécher à ma cime et mourir comme lui.

- Attends encore une heure ! Si je poussais mes sables devant moi, peut-être arriverais-je à la porte de Jérusalem avant que le Christ eût monté le Calvaire. Dis aux cigognes de me donner leurs ailes ; aux chevaux d’Arabie, leurs pas rapides ; au lion, sa crinière ; au serpent, ses anneaux, pour que je marche plus vite que les tribus, que les porte-croix.

Ah ! Que je rampe lentement ! Ah ! Que ma selle est brûlante sur mes flancs ! Pour passer un fleuve, il me faut plus d’une année ; pour fouler sous la corne de mon pied une ville avec ses obélisques, il me faut un siècle.

Avant que ma gueule béante se dresse sur les remparts pour boire dans la coupe de ce peuple, n’aura-t-il pas dressé la croix ? Avant que j’aie rongé les degrés du Calvaire, le Christ n’aura-t-il pas bu son fiel et son hysope ? L’heure est passée ; après l’heure, le soir aussi est passé, et moi j’arriverai trop tard.

Jéhovah n’a plus de fils ; moi, je n’ai plus ni palmier, ni compagnon. Jéhovah est seul au firmament ; moi, je suis seul sur ma grève : nos deux déserts se joignent, et ils s’attristent l’un l’autre. Tous deux nous roulons dans notre immense ennui, sans y trouver de rivage : nous ne rencontrons, nous n’entendons que nous. Nos deux échos se ressemblent. Demain, quand il passera, comme un arabe qui cherche son butin, si je lui demande : où est ton fils ? Il me répondra : et toi, où est ton ombre ?