Ouvrir le menu principal

Page:Quinet - Œuvres complètes, Tome VIII, 1858.djvu/131

Cette page n’a pas encore été corrigée


ma déclamation, et que l’art poussé à un certain degré produit de ces illusions. Ménagez davantage la bonté de votre cœur pour les scènes qui vont suivre ; aussi bien, j’entends déjà les palmes des figuiers qui tombent sous la serpe des apôtres, et l’eau du baptême qui frémit dans le Jourdain.

Ces deux sensations me sont également désagréables : donc je me retire.