Page:Quinet - Œuvres complètes, Tome VIII, 1858.djvu/107

Cette page n’a pas encore été corrigée


avant le jour, avant la nuit, avant le bain, avant de nouer et de dénouer leur turban ; et que leur voile traîne à terre, si bien que leurs nattes amoureuses ne les voient pas. Faites écrire, au ciseau, mon histoire, sur un roc poli par les autans, en lettres de cinq coudées, et que les lions les puissent lire à leur guise, quand ils passeront par là. Asseyez-vous, pour m’attendre, à l’endroit où mon royaume finit ; et si mes peuples me demandent, rassemblez-les, comme le sable, pour élever dans l’Iran une mosquée aussi grande que leur ombre.



Les Griffons.

Pour rester à la porte de votre ville, mes ailes sont trop rapides. Une haleine de Dieu a effleuré ma crinière, et j’ai entendu hennir cette nuit l’éternité du côté de Bethléem.

Depuis cette heure, mon ongle creuse l’abîme pour partir. Mes naseaux flairent les cieux.

Laissez-moi courir devant vous comme un chien devant son maître.



Le Roi De Perse.

Et qui donc veillera sur mes murailles ?



Les Griffons.

Le désert.



Balthasar, Roi De Babylone.

Mes présents sont les plus beaux. J’ai cent châteaux, autant de villes ; chaque ville a envoyé cent chameaux chargés de soie, de myrrhe et de vaisselle ; chaque château, cent chevaux de race avec les maures qui les conduisent.

Mon dais d’ivoire est porté par quatre rois d’éthiopie, tous couleur de bois d’ébène ; mon manteau, par quatre rois de Mésopotamie, tous armés de flèches d’or. Sabres damasquinés, baudriers d’argent, mitres de diamant, candélabres allumés, cassolettes d’encens qui fume, turbans brodés par mes femmes, remplissent ma cour ; les mules bondissent sur les dalles.

Les chameaux agenouillés,