Ouvrir le menu principal

Page:Quinet - Œuvres complètes, Tome VII, 1857.djvu/169

Cette page n’a pas encore été corrigée


Mais de léopards, de lions,
Comme ils sont peints sur les blasons.

Et de sa main choit sa quenouille,
Et de ses pleurs elle la mouille ;
Elle regarde au loin sur l’eau,
Et laisse aussi choir son fuseau.



III. LA BOHEMIENNE

 
Son fuseau dort ; sa lampe luit ;
Son feu s’éteint ; il est minuit.
Qu’attend-elle encor sur sa porte ?
L’heure a sonné, le vent l’emporte.
La lune au front du firmament
Verse son pâle enchantement ;
La bohémienne chante et pleure,
Et dit à la porte : c’est l’heure.
—Bohémienne, je vous entends.
Entrez sans peur, je vous attends.
Demain mon fils part dans l’orage ;
Dites-moi, fera-t-il naufrage ?
Reviendra-t-il sain dans le port ?
Le reverrai-je avant ma mort ?
Ah ! Bohémienne, au clair de lune,
Dites-moi sa bonne fortune.
—Enfant, venez ! Jusqu’à demain
Tenez votre main dans ma main.