Ouvrir le menu principal

Page:Quatremère de Quincy - Considérations morales sur la destination des ouvrages de l’art, 1815.djvu/107

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
(97)

cela doit se mettre au rang des causes qui produisent les effets de la musique antique.

Quelquefois, sans doute, la musique moderne, au gré de ceux qui ne savent point séparer les jouissances des sens de celles de l’esprit, a pu regretter l’effet de cette liaison, qui n’existe plus entre elle et la poésie. Mais trop souvent malgré l’éclat de ses moyens, la multiplicité de ses ressources, le génie de ses compositeurs, il lui manque cet accord des impressions accessoires, qui, disposant aux effets qu’elle, veut faire éprouver, aident à mieux comprendre les motifs du tableau musical, fixent le sens souvent arbitraire de son langage inarticulé, et donnent à notre jugement une direction plus certaine.


On a peut-être trop contracté l’habitude de réduire les jouissances de la musique à celles que font éprouver les concerts : or, les concerts sont précisément pour la musique ce que sont pour les Arts du dessin les collections et les galeries. Et pourtant, quel nom donner au plus grand nombre de ces musiques d’église où se produisent les mêmes chanteurs, le même orchestre, les mêmes formes de chant, le même