Page:Quérard - La France littéraire, t. 6, 1834.djvu/16

Cette page n’a pas encore été corrigée


— Traité des lésions à la tête par contre-coups. Meaux, 1773, in-12 ; ou Paris, 1774, in-12.

— Traité des plaies d’armes à feu, dans lequel on démontre l’inutilité de l’amputation des membres, etc. Paris, 1799, in-8, 3 fr.

MÉHÉE DE LA TOUCHE (Jean-Claude-Hippolyte), fils du précédent ; agent secret du ministère révolutionnaire en Pologne et en Russie ; à son retour en France, secrétaire-adjoint de Tallien, à la commune de Paris ; secrétaire-général du ministère de la guerre, après la révolution du 18 brumaire, et ensuite chef de la 2e division politique, an ministère des relations extérieures ; plus tard, secrétaire-général du département de Rhin-et-Moselle ; ensuite chef des bureaux de travaux, secours et instruction publique du département de la Seine ; enfin secrétaire-général de la commission des armées, etc.; né à Meaux, vers 1760, mort en 1826.

— Alliance des Jacobins de France avec le ministère anglais. Paris, Galland, 1804, in-8.

Ouvrage qui a été depuis désavoué par l’auteur.

— Antidote, ou l’Année philosophique et littér. Paris, Baptiste, an ix (1801), in-8.

— C’est lui, mais pas de lui, ou Réflexions sur le manuscrit dit de Ste-Hélène, réimprimé nouvellement sons ce titre : « Mémoires de Napoléon Bonaparte. » Bruxelles, 1818, in-8 ; Paris, Ponthieu, 1821, in-18 de 72 pag.

— Contes, Nouvelles et autres pièces posthumes de G. C. Pfeffel, trad. de l’allem. ; précédés d’une Lettre dédicatoire à M. de Châteaubriand, et suivis de Réflexions sur l’état actuel de l’imprimerie et de la librairie en France (par le traducteur). 1815. Voy. Pfeffel.

— Dénonciation au roi des actes et procédés par lesquels les ministres de S. M. ont violé la constitution. Paris, 1814, in-8.

— Défends ta queue…

— * Deux pièces importantes à joindre aux mémoires et documents historiques sur la révolution française. Par un témoin impartial. Paris, Houdin ; Delaunay ; Ponthieu, 1823, in-8 de 16 pag., 50 c.

— Extrait des Mémoires inédits sur la révolution française. Paris, Plancher, 1823, in-8, 2 fr. 50 c.

Cet extrait a rapport à la catastrophe du duc d’Englien. Méhée s’est efforcé de rendre à Savary, duc de Rovigo, toute la part que répudiait celui-ci dans l’affaire de l’infortuné duc d’Enghien.

Cet écrit a eu une seconde édition la même année.

— Histoire de la prétendue révolution de la Pologne, avec un examen de sa nouvelle constitution. Paris, Buisson, 1792, in-8 ; ou 1793, in-8.

— Lettre à M. l’abbé de Montesquiou. Paris, 1814, in-8.

— Mémoire à consulter et consultations, par J.-C.-H. Méhée…, contre les auteurs de libelles anonymes et de l’article communiqué aux journaux qui le mélent à l’affaire de M. Caulaincour, duc de Vicence, relative à l’arrestation de Mgr le duc d’Enghien. Paris, L’Huillier, 1814, in-8 de 44 pag.

— Mémoire sur procès, avec des éclaircissements sur divers événements polit., et des pièces justificatives. Paris, Vve Villain, 1814, in-8, 2 fr.

La consultation est signée Maugeret, avocat.

Ce qui donna lieu à ce procès fut un article du « Journal royal » contre Méhée, qui joignit à l’accusation de complicité dans les massacres de septembre celle d’avoir coopéré aux affaires de Pichegru et du duc d’Enghien. Méhée appela devant les tribunaux Gueffier, l’éditeur de cette feuille qui fut condamné faute de preuve légale.

— Mémoires particuliers extraits de la correspondance d’un voyageur avec feu M. Caron de Beaumarchais, sur la Pologne, la Lithnanie, la Russie blanche, Pétersbourg, Moscou, la Crimée, etc. ; publiés par M. D… Hambourg et Paris, Galland, 1807, in-8.

— Queue (la) de Robespierre…

— Rendez-moi ma queue, ou Lettre de Sartine à Thuriot…

Ces deux brochures et diverses autres ne manquaient ni d’esprit ni d’originalité, mais leur direction politique semblait annoncer dans leur auteur un agent du cabinet britannique et de la faction des émigrés ; cependant Méhée de la Touche n’était rien moins que royaliste, s’il faut en croire les écrits publiés depuis par lui-même pour sa justification. Ce qui est mieux prouvé, c’est que sa complicité dans l’affaire des journées de septembre lui pesait assez pour qu’il n’eût pas osé attacher son nom à ces divers écrits politiques : en effet ils étaient signés Felhémési, anagrame de Mehée fils.

— Touquetiana, ou Biographie pittoresque d’un grand homme, en réponse à cette question : Qu’est-ce que c’est que M. Touquet. Paris, Cogez, 1821, in-18, 1 fr. 50 c.

Publié sous le pseudon. de Molto.Curante, biographe à demi-solde, membre de trente ou quarante sociétés plus ou moins savantes.

— Vérité (la) toute entière sur les vrais auteurs de la journée du 2 sept. 1792, et sur plusieurs journées et nuits secrètes des anciens comités du gouvernement. 1794, in-8.