Ouvrir le menu principal

Page:Quérard - La France littéraire, t. 1, 1827.djvu/69

Cette page n’a pas encore été corrigée


ALL ALL.3 7 ’

ALLEN (W.). Traijc politique, trad. de l’angl.. en. français, où il est prouvé par l’exemple de Moïse, etc., que tuer un tyran tituîo qjel exercitio, n’est pas un meurtre, Ljon, i65S, petit in-12, de 94.pag. 9a ta f.

Rare. Il "y a une réimpression faite à Paris, en 1793, sous l’ancienne date, qui a peu de valeur.

Cet écrit, dont l’original parut en 1657, est dirigé contre Croimycll. Il a été réimprimé deux fois depuis, avec des additions, en iu"5g et 1743. Brun.

ALLEN (W.). Observations succinctes sur l’état charnel et spirituel 4e l’homme, avec quelques remarques sur la nature du véritable culte et du ministère évangélïque. Paris, impr, de Cellot, i823, în-i2 de

ALLENT (B.), psendon. Voy. BALLAKD JEug.).

ALLENT (Eug.), pseud. Voy. COLLIN

DE PLANCY.

ALLENT (le gêner. P.-Alex.-J.), conseiller d’état, vice-président dû comité de la guerre, anc. officier supérieur du génie, etc., né à Saint-Omer, le 2 300.11772. r— Essai sur les reconnaissances militaires. Paris, Picquet, géographe, an x.t (iSo3), in-S de 208 pag.

Cet ouvrage forme le quatrième numéro du Mémorial topographïque et militaire, rédigé au dépôt de la guerre. L’Estai sur les reconnaissances militaires, se donne nu prix militaire fixé par le Ministre de la guerre, à tout officier porteur d’un billet du colonel chargé de la partie administrative de ce département. Cet ouvrage a été traduit en anglais sous le titre On Reconnùring, by col. Allent, of the french, Kngineers, et inséré en entier, pag. 5*I4I » dans les’ ïïssays on tbe Theory and the pralice of the art of war, by tbe author of tbe Military Mentor. London, F, Gillct, 180g.

— Histoire du. corps impérial du génie, des sièges et des travaux "qu’il a dirigés, et des changements que l’attaque, la construction et l’administration des forteresses ont reçus depuis son origine jusqu’à nos jours. Première partie : depuis l’origine de la fortification modernejusqu’àLouisXIV. Paris, Anseîin et Pochards, i8o5, in-8, S fr.

L’auteur a en porte-feuille une seconde partie qui traite de la fortification depuis Louis XIV jusqu’à nos jours.,  : "

Les journaux du temps ont dit de cet ouvrage que. e était une Histoire de France considérée dans ses rapports avtc l’établissement de nos frontières, et avec ses guerres défensives. L’un d’eux conseillait même à l’auteur d’adopter ce titre dans une nouvelle édition. C’est ce qui a fait dire dans quelques Biographies que le général AHcut avait un ouvrage spécial sous ce dernier titre.

—/Mémoire sur îa réunion de l’artillerie et du génie, précédé d’une lettre au premier Consul. Paris, Ânselin et Pochard, xSoô, broch. in-8.’ « .. » L’auteur n’a signé que la lettre et l’exemplaire

adressés an premier Consul. Il prouve, dans cet écrit, que les arts se divisent à mesuré qu’ils se perfectionnent, et que les rapports qu’ils conservent ne sont pas un motif d’eu réunir l’exercice. Le général Casscndi, dans une édition postérieure à la. publication de ce Mémoire, en a parlé avec éloge, mais avec un peu d’humeur ; et comme ayant contribué à faire abandonner l’idée qu’avait eue Napoléon de réunir les deux corps.

— Précis de l’Histoire des arts et. des institutions militaires en France, depuis les Romains. Paris, iSoS, in-S. ;

7 Imprimé en tête de l’Etat du Corps du Génie de la même année.

Cet ouvrage a été distribué aux officiers qui composaient le corps à celte époque. On a plusieurs fois exprimé le désir qu’il fût réimprimé avec les dernières pages retranchées par le général Dabndic, dans l’intérêt dé l’auteur qu’elles auraient pu compromettre,’parce qu’il y discutait un peu librement les hases du nouveau système de guerre, et ses dangers en cas de revers., . ;.

On doit encore au général Allent, les morceaux suivants, insérés dans divers recueils : ic Mémoire sur l’influence morale et politique de la peinture, couronné par l’Institut, en 1799. — 20 Lettre, article et-’ fragment de carte sur la topographie appliquée à l’agriculture, insérés dans les numéros de décembre 1S08L et janvier 1S09 de la Bibliothèque des propriétaires ruraux. Cette exposition, que l’auteur n’a pas eu le temps de développer, explique la’division naturelle des bassins, comme base des observations agricoles, et l’applique au bassin de l’Aa.— 3° Mémoire sur les cartes niveleurs par courbes horizontales.—Sur les plans de.mème nature, et sur le projecteur, machines proprés à décrire les corps irrégùlïers et’à mettre au point les ouvrages de sculpture et les reliefs des plans de guprrc (Manuscrit au dépot.des fortifications). — 4° Mémoire sur les surfaces’d'équilibre des fluides imparfaits; tels que les’terres’, sables, etc., approuvé par l’Académie des Sciences, en iSifi. Un précis de’ce mémoire, rédigerai-l’auteur, a été inséré dans le Journal des Mines. L’auteur y donne la théorie des taluts naturels et ses applications aux travaux en terre, aux ébbulements et aux mines : il iùdique les applications qu’on doit en faire à la poussée des terres par la solution exacte et complète de ce problème. Il y a fait voir qu’une formule dé Monge, purement géométrique, s’applique à la théorie des taluts naturels, etc.

Dans le Mémorial de l’oflicier du génie, commencé en l’an X (1S01), on attribue an général Allent-, alors secrétaire du comité des fortifications, le discours préliminaire qui expose l’objet et le plan de l’ouvrage, une Instruction sur les Échelles mitfcques, avec grav. et tableau, et une Note (sur l’identité des formules de Coulomb et de Pronf, relatives à la poussée des terres. Celle note a été insérée en entier, sur la demande du général Dijcan, premier insp. général du génie, dans le Moniteur du 3 juin 1S09. L’auteur y passe d’une formule.à l’autre, en substituant les quantités angulaires aux quantités linéaires.’.

M-Favart de Langlade, dans son Répertoire de

jurisprudence, déclare, dans une note, qu’il doit à l’amitié du général Allent, l’article Abonnementdes communes aux frais du casernement, et l’article Place, de guerre, dont il a été tiré séparément des exemplpour être envoyés dans les places. M. Favart de Langlade a aussi inséré textuellement, au mot Viciualité, des Observations sur les navigations vicinales,.présentées au conseil d’élat, parle général Allent,’et dont le conseil a oi-donné l’impression.

ALLEON-DUL AC (J.-L.), avocat.au parlement de Lyon, sa patrie, mort en 1768.