Ouvrir le menu principal

Page:Quérard - La France littéraire, t. 1, 1827.djvu/492

Cette page n’a pas encore été corrigée


460 BOU BOU

diabolique t corn, enun ncte » et.la Tireuse de Cartes, opéra en uii acle..

BÔTJLLAY (Jacq.). Voy. BOULAY.

BOULLAY (P.-F.-G.), pbarm. à Paris. —— Dissertation sur les éthers. Prem. part. Paris, ISI5, iu-S.

L’auteur avait déjà donné en 1S11, dans le recueil de l’Institut, deux mémoires sur la même matière. Voy. la note qui suit.

—’Dissertation.snr l’histoire naturelle et chimique de la.coque du Levant (me/ « V/ermum càcculus) : Examen de son, principe vénéneux considéré comme alcali végétal, et d’un nouvel acide particulier à cette senience. Deux Thèses soutenues devant la Faculté des sciences de l’Université dé France, le 11 décembre, 181S. Paris, L. Colas, 1S19, în-8 de 36 pag.

Le recueil des Savants étrangers de l’Institut renferme de cû pharmacien les deux Mémoires suivants : .. Mémoire sur le mode de composition deséthers inurintîque et acétique (Toin. II, 1S11) ; Mémoire sur la formation de l’éthcr.phosphoriauc à l’aide d’un appareil particulier (id., id.),

..M. Boullay a été l’un des rédacteurs —du’Bulletin de Pharmacie, ct est aujourd’hui au nombre de ceux du Journal de Pharmacie et des Sciences accessoires, qui lui a succédé. 1

BOULLE, architecte. Mémoire sur les moyens de procurer à la bibliothèque du Roi les avantages que ce monument exige. Paris, Ccllot, 1785, in-fol.

BOULLÉ (Math.), auteur dramatique. — Inconnu (V), ou les Mystères, Paris, Pollet, 182a, in-8, 1 fr.

Avec Yarcz.

1 BOULLEMIER (l’abbé Charles), garde de la Bibliothèque publique de Dijon, ancien bibliothécaire et garde des médailles et antiques deT’Academie de Dijon ; né à, Dijon, le îa novembre 172, uiort en la même ville, le 11 avril 18o3.

L’abbé Boullemier u eu la plus grande part aux augmentations de l’édit. en cinq vol. in-fol. de la EU’ bliothèquc Uîstor. de la France du P. Lelong, publ.

" par Fevrct de Fontette, U-avail immense dont l’abbé Boiillemicr s’est occupé plusieurs années. On lui doit encore une, foule de Mémoires très-savants, rappelés dans son Eloge historique (par P : Louis Baudot), mais d’une manière trop peu précise pour qu’il soit possihle de les indiquer avec les détails qu’exige la bibliographie; nous nous bornerons à citer les suivants, que L. Baudot aîné a fuit insérer dans le Magasin encyclopédique : Remarques critiques sur un passage de César, concernant la religion des Gaulois (quatorzième ann., tom. III, 1809); Remarques sur vn passage de. l’Enéide, de Virgile (lues à l’Académie de Dijon, le i5 juin 1776 : id., tom. V, 1S09); Mémoire sur une ancienne eoutume. des Fraxcais, écrit en 1779 (quinzième ann, , tom. Y, iSio).

On a attribué à l’abbé Boullemïer un Recueil des sceaux du moyen dgc ("Paris, Boudet, Ï779 1 in-4) ; c’est mal.à propos : cet ouvrage n’est ni de lui,.ni de Boudet, à qui il a été aussi attribué. Son véritable auteur est M— de Migîeu, président au parlement de

Dijon. « J’avais, dit MAinanton.,’dc.Dijon, àl’obli« geance de qui nous devons cette indication, donné « ce renseignement à Barbier, qui, daiis le tom. H A(de son Dïct, des ouvr. anonymes; première édit., tt pag. 664 avait attribué ce recueil à un "M. Poisson. « Barbier l’avait mis à profil dans sa table ; maïs « dans sa seconde édit., tom. 111, pag.’i52, Bàrbïer « a fini par l’attribuer n l’abbé Boullemier, sur la foi « d’une lettre de M. Volloi, alors secrétaire de l’Aca« .demie de Dijon. J’ai’la certitude que M. Vallot s’est « trompé, cl je tiens, avec raison, que l’auteur est « bien M. de Migîeu. L’abbé Bouïlemîer n’a fait que « donner, dans un Mémoire inséré par extrait dans « le second volume du recueil de l’Académie de Di« jon, l’explication de quelques-uns des sceaux re— « cueillis et pnbh par M. de Migîeu. » . ÎÏOULLENOIS (L.), jurisconsulte,.né en 1678, à Paris, mort en la même ville, en 1762. ;

—Dissertations sur les questions qui naissent de la.contrariété des lois e* des coutumes. Paris, Slesnicr, 1782 : , in-4.

— Questions sur les démissions de biens, avec deuxDisséiiations ; lapremière surles statuts personnels, réels et mixtes, et la seconde, surles impenses et améliorations, Paris, Gabr.-Fr. Quillau, 1727, in-8. 1

— Traité de la personnalité et de la rivalité des lois, coutumes et statuts. Paris, G. Desprez, 1766, 2 vol. in-4.

BOULLENOT (F.). Dix-neuvième (le) siècle. (En’vers). Paris, Dentu, 1S26, in-S de 16 pag.

BOULLET, machiniste. Essai sur Part de construire les théalres, leurs machines etleursmouvements. Paris, Ballard, iSoi, m-*4 avec i3 pi., 10 fr.

BOULLIER, garde du corps. Histoire des divers corps de la maison militaire des rois de France, depuis leur création jusqu’à l’année 1S18. Paris, Le Noj-mant, 3818, in-S, 5fr….

BOULLIER (Dav.-R.), ministre protest., né à Ulrccht, ïe 24 mors 1 99, mort à Londres, le 28 décembre 1759. —Apologie dé la mcînphysiquë, à l’occasion duDiscours préliminaire de l’Encyclopédie, avec les Sentiments de M. Dav.-Ren. Boullier, sur la critique des Pensées de Pascal, par Voltaire ; suivis de trois Lettres sur la philosophie de ce poète. Amsterdam, Catuffe, 1753, iu-12.

Cette Apologie se trouve aussi dans les Pièces phi-, losophiques et littéraires.

— * Court Examen de la thèse de l’abbé de

Prades, et examen de son Apologie. 1753,

in-12.

— Discours philosophiques sur les causes’

finales ; snr l’inertie de’la matière ; sur la

liberté des actions humaines. Paris, Guil lyn —, 1769, in-iî.