Ouvrir le menu principal

Page:Quérard - La France littéraire, t. 1, 1827.djvu/430

Cette page n’a pas encore été corrigée


3o8 BON BON

La seconde section se compose de deux.vol. de Mélanges, qni contiennent ; Tom. Ier, sept Notes sur le Traité des grandes opérations militaires, parle gén. baron Jomini. Notes sur le Précis des événements militaires, ou Essais historiques sur les campagnes de î799 à 1S14 (par le comte Math. Dumas J. Six Notes sur les quatre Concordats (de M. de Pradt). Quatre Notes sur les Mémoires pour servir à l’Histoire de la révolution de Saint-Domingue (parle gén. Pillet). Notes sur l’ouvruge intitulé : Mémoires pour servir à l’Histoire de Charles XIV, Jean, roi de Suède. Notes sur l’ouvrage (du baron Rogmat) intitulé : Considérations sur l’art delà guerre. Tom. II, Suite des Notes sur le précédent ouvrage. Quarantequatre Notes sur l’ouvrage (de M. Bertrand) intitulé : Manuscrit venu de Sainte-Hélène d’une manière inconnue— Notes sur les Mémoires pour servir à l*His toire de la vie privée, du retour et du règne de Napoléon eni8i5 (parle baronFleury de Chaboulon).

.— Monuments d’éloquence militaire, ou Collection raisonnée des proclamations de Napoléon Bonaparte, précédée d’un Essai sur les campagnes de la liberté, pour servir d’introductionà Fourrage. Par Const. TAiLi.A.nD. Paris, Lhuillicr, 182 i, in-8, 3 fr. — Souper (le) de Beaucaîre. Avignon, Sabin-Tournal, 1793, in-8. — Nouv. édit., précédée d’une Introduction, par Fréd. RoYOtr. Paris, Ter/y, 1821, in-8 de.36 pag., 1 fr. 25 c.

La première édition est anonyme.

— Souper (le) de Beaucairey et Lettre à M. Matteo Buttaraqco. (Extraits du torn. 3 de ses œuvres).Paris, Panckoucke, 1821, in-S de 80 pag., 2 fr. — Autre édit. Paris, Chaumerot aine, iS2i, in-8 de 64 p., 1 fr. —Œuvres (ses). Paris Panckoucke, 182122, 6 tom. en. 5 vol. in-8, avec portr. et afac-simile, 3o fr. ; pap. vél., 60 fr.

H y a des exemplaires dont les frontispices portent le nom de Babeuf, qui avait acquis le restant de l’édition.

Ces cinq volumes sont composés des seules lettres écrites par Napoléon, de ses proclamations, des bulletins de ses années, de ses discours, réponses aux députations, etc., etc., ïe tont distribué en dix livres ; chacun est le sujet d’une époque particulière En tête du tom. V, on a imprimé, pour être placé en tête du premier, une Généalogie de Napoléon, un Précis chronologique et historique de la vie de Napoléon ; les 2 opuscules de Napoléon, c’est-à-dire sa Lettre à M. Maîlco.Iîullafuoco et le Souper de Beaucaire.

— Les mêmes. (Edit. publiée avec des notes historiques, par F.-L. LIDER et A. LEBRET). Stuttgard et Tubinguè, Cotta,

, iS22 et ann. suiv., 6 vol. in-8, 39 fr.

Cette dernière édition, préparée plusieurs années avant que M.. Panckoucke songeât à publier la sienne, offre quelques différences qu’il est bon de faire observer. Les éditeurs de l’édition de Cotta ont découvert plusieurs pièces qui manquent à celle de Paris ; plusieurs erreurs de dates ont été rectifiées. Enfin ils ont recueilli non-seulement les rapports et les lettres de Napoléon, mais encore ses entretiens avec les diplomates el autres personnages publics, et même ses paroles mémorables, parvenues dans le moment où elles ont été prononcées, à la connaissance du public, etc. Dans les endroits où il était nécessaire

pour l’intelligence du texte, ils ont donné en note les explications et suppléments convenables. « On rc« fléchira, disent les éditeurs, que M. Panckoucke" « n’était pas à même comme nous de publier tout ce « qui peut contribuer à faire porter sur l’empereur « Napoléon un jugement juste et impartial, » Les nombreuses additions, notes et améliorations, donnent à cette édition un mérite particulier. Le premier vol., qui comprend depuis le 26 mars 179(1 jusqu’au 2iinai 1799, renferme déjà quarante— sept rapports et proclamations qui ne se trouvent pas dans l’édition de M. Pauckoucke.

On cite encore de Napoléon, comme authentiques, deux autres ouvrages qui n’ont pas vu le jour : le premier est une Histoire de la Corse, en 2 vol. ïu-iz, composée dans sa jeunesse et qu’il a été sur le point de faire imprimer, en 1700, par M. Joly, impr. ? » Dôle; mais le départ précipité’dê*"ï’auieur, alors en garnison à Auxorine, en empêcha l’exécution. Cette Histoire s’est perdue depuis ce temps. Le second est un ouvrage formant un volume de trente à quarante feuilles petit in-fol., écrit tout entier de la main de Napoléon, que le comté de Dzîalinski, amateur de curiosités, a acheté à Paris.

Le Correspondant de Hambourg, du mois de mars 1S22, qui fait mention de ce’manuscrït, dit « que « l’authenticité en est attestée par un certificat en « forme de MM. de Montbolon, Mounieiyet lîassano. G’est ce dernier qui l’a rédigé et scellé de son ca« chet— Ce recueil contient plusieurs documents cu« rieux sur l’histoire du temps’compris entre l’époque « où Napoléon fut réformé dn service (après le 9 « thermidor an ir) jusqu’au commencement de la « guerre d’Italie. On y remarque ensuite un mémoire, « de sa main, sur te perfectionnement de l’artillerie turque, « ainsi que plusieurs fragments relatifs aux campa« gués-d’Italie. Mais ce qui est incontestablement le « plus digne d’attention, c’est le Plan de la première « campagne d’Espagne, qu’il dicta.au duc d’Abrantès, « et qu’il accompagna d’une multitude de notes mar« ginnles. On y trouve des renseignements précieux « sur ses plans secrets relativement ; pur exemple, « aux frontières de l’Autriche et de la France.. »

Napoléon, alors général en chef, a lu à l’Institut, en 1798, uu.llapporl sur un instrument poljgraplùque, à l’aide duquel on pourrait, sans être versé dans les procédés de l’art, composer et imprimer très-rapidement des circulaires, dont la teneur n’excéderait pas une page in-4 î ce Rapport parut écrit avec méthode et rédigé aveeelarté. Les art. Angleterre, dans le Moniteur du gouvernement impérial, soiit fréquemment chargés de notes de Napoléon, qui s’en faisait mettre la tradnction sous les yeux. M. Barrère de Yieuzac était habituellement cmplovc à leur rédaction, mais les plus violentes sont’de Napoléon lui-même.

On attribue à Napoléon : t° Les noies qui sont dans le-vol. intitulé : la Bataille tl’Austerlitz, par le général-major autrichien, baron de Stulterhcim ; trad. de l’allem., seconde édit., avec des notes par un officier français. Paris, iSo7, in-i ?..—20 Le Manuscrit venu de Sainte-Hélène, qu’on sait aujourd’hui être de M. Bertrand, anc. officier au régiment de la. Vistulc. — 3° Le Manuscrit de l’île d’Iïlbe. — Des Bourbons en ISI5, attribué au même. Voyez BERTRAND.

BONAPARTE (Nie). Vedova (la), commedïa facetissîma. Nova ediz..Pai : igi,

Molini, r8o3, pet. in-8.

11 en a été tiré des exempl. sur grand pap. bleu.

L’édition originale de cette pièce fut publiée à Florence, chez J. Giunti, en i568. ;

BONABT) (de), ingénieur de la marine. Forêts (des) de la France, considérées dans leurs rapports avec la marine militaire, à l’occasion du projet du code forestier. Pa~