Ouvrir le menu principal

Page:Quérard - La France littéraire, t. 1, 1827.djvu/429

Cette page n’a pas encore été corrigée


BON BON 3o7

français et étrangers, en Italie,. en Allemagne et en Egypte. (Mise en ordre et publiée par le gén, Ch. Th. BEJLUVAIS). Paris, Panckouckc, x&+C)-2a, y vol. iu-8, 42 fr.

Ouvrage aujourd’hui entièrement épuisé.

Ce recueil renferme un plus grand nombre de lettres adressées à que par Napoléon. Le nombre des lettres écrites pendant la guerre d’Italie (1796—97), formant une section particulière, en deux’vol., s’élève à sept cent quarante-quatre, sur lesquelles deux cent cinquante-cinq seulement sont de Napoléon : la même proportion se remarque dans’les cinq autres volumes.

« L’éditeur a puisé ces Lettres dans la Collection « manuscrite que Napoléon avait fait copier avec « beaucoup de soin, et relier avec magnificence, au « nombre d’environ trente vol. in-fol. ct in-4— On « croît que cette collection a été ensuite envoyée au « prince Eugène. —

On peut ajouter à cet ouvrage une collection de seize portr. foi-mat in-S, 30 fr., et format in-4 pap. vél. sat., premières épreuves, 28 fr ;

« Un volume plus précieux encore que celte Corc respondance, dit A. A. Barbier, à qui nous cm« pruntons cette note, renfermait les lettres auto« graphes et confidentielles écrites à Napoléon par « plusieurs souverains de l’Europe ; Napoléon l’avait « recommandé d’une manière particulière à son frère « Joseph ; mais cet important recueil s’égara. Il fut « transporté à Londres et acheté la somme de sept « cent mille fr. par le ministre d’une grande puis« sauce, qui fut remboursé de ses avances en cédant « à divers ministres les lettres de leurs souverains « respectifs. On peut croire ; ajoute A. A. Barbier, « que ces lettres ne seront jamais imprimées. »

— Discours de Napoléon sur les vérités et les sentiments qu’il importe le plus d’inculquer aux hommes pour leur bonheur, ou ses Idées sur le droit d’aînesse et le morcellement de la propriété ; suivies de pièces sur son administration et ses projets en faveur des Grecs, publiées par le général GOURGJUJD. Paris, Baudouin frères, 1826, in-8 de 168 pag., 2 fr. 5o c.

Ce Discours a été fait au sujet du prix proposé par l’Académie de Lyon, pour le concours de 1791 Î Napoléon n’avait alors que vingt-un ans lorsqu’il l’a écrit ; c’est sur une eopic restée entre les mains d’un de ses frères qu’il a été imprimé.

— Éducation (de 1’) des princes du sang de France. Système d’éducation pour le roi de Rome, et antres princes du sang de France, rédigé par le conseil-d’état, avec l’approbation et sous l’inspection personnelle de l’empereur Napoléon. En anglais et en français. Londres, Lackington, 1820, in-8, avec un beau portr. d’après Isahey.

Celte extraordinaire production, datée de St-Cloud, 27 juillet I8T2, a été trouvée dans le cabinet de Napoléon à St-Cloud : elle a été publiée avec la plus stricte exactitude, dit l’éditeur, sur l’original, dont il est encore propriétaire.

— Importance (de V) des places fortes. Notes de Napoléon sur un écrit du lieulvgén. Saiute-Suzanne, ayant pour titre : Projet de changements à opérer dans le système des places fortes. (Extr. du Spec tateur militaire). Paris9impr. de Morcau 1826, in-8jde 8 pag.

— Lettre (sa) à M. Matteo. Btiltafuoco, député de la.Gorse’àl’Assemhlée nationale. Sans lieu d’impression ni date. [DSle, de rimpr. de Fr. X. Joty), , 1790, in-8 de 21 p.

Cette lettre, écrite par Napoléon à l’âge de vingt-un ans, est au fond on libelle, écrit d’un styleitalico-français, contre le députe de la noblesse de Corse, -quï siégeait au côté droit de l’assemblée constituante : elle est signée : De mon cabinet de Milleli’, le 28 janv.de l’en second de la liberté. BnorrAPiBTE..

— Lettres (quarante) inédites, recueillies par L.-F. Paris, Pontliieu ; Mongie aine f 1825, in-S, 2 fr.

— Mémoires pour servir à l’histoire de France en ISI5. Paris, Barrois Taïnê*, 1820, în-8 de 336 pag.) avec le plan de la bataille dn Mont-St-Jean, 5 fr. ; pap ; vél. avec le plan color., 10 fr. 5o c.

L’avis de l’éditeur est signé C. B. (Ch. Barrois). Cet ouvrage forme le neuvième livre des Mémoires de Napoléon. Il contient l’histoire militaire des cent jours. Dans le catalogue de sa librairie, publié en )S2r, M. Barrois l’aîné déclare avoir fait cette édition sur le manuscrit qui lui avait été transmis par M. O’Méara, ex-chirurgien du vaisseau de S. M. Britannique le Nonliumberland. Il en existe plusieurs contrefaçons, entre autres une sous un titre peu différent, format in-lS (voy. l’art, suivant) : mais il est facile de reconnaître l’édition originale par la beauté de son exécution, son nombre de pages (336), et à la sec ; page de l’Avis de l’éditeur, qui-’n'a que sept lignes. Ces Mémoires, saisis à la requête du ministère public, ont été rendus à la circulation par arrêt de la cour d’assises du 21 mars 1820.

— Mémoires politiques sur la campagne de 1815 ; nouv. édit., suivie de vingt-quatre pièces officielles, de la Lettre inédite du maréchal Grouchy, écrite à l’empereur la veille de la bataille de "Waterloo ; orn. d’une carte du plan de la bataille, et d’une grav. d’après H.Yemet. Paris, Corréard, 1S21, 1 vol. in-18, 3 fr.

Cet ouvrage, qui est aussi connu sous le titre des Trente-cinq jours, a été saisi par ordre du procureur du roi, surla demande de M. Barrois aîné, parce qu’il n’est qu’une réimpression du vol. précèdent : le nouvel éditeur n’nfaîl qu’y ajouterles vingt-quatre pièces officielles « t la lettre du général Grouchy.

— Mémoires pour servir à l’histoire de France sons Napoléon, écrits à Sainte-Hélène y par les généraux Gourgaud et Montholon, qui ont partagé sa captivité, et publiés sur les manuscrits entièrement corrigés de la maxn de Napoléon. Paris, F. Didot ; Bossange frèresy 1822 et ann. suïv., 8 vol. in-8, 60 fr. ; pap. vél., 120 fr.

Les Mémoires de Napoléon forment deux sections distinctes ; la première se compose des Mémoires proprémenldits, qui embrassent depuis le siège de Toulon jusqu’à la seconde coalition contre la France, 6 vol. (Le cinquième contient un Précis des guerres du maréchal dé turenne et un Précis des guerres de Frédéric II).