Ouvrir le menu principal

Page:Quérard - La France littéraire, t. 1, 1827.djvu/427

Cette page n’a pas encore été corrigée


’-V’,’…BON.’,.’, ’.’,’.’.'’— BON %5

de Staël. En comparant la nomenclature partielle dés’ ouvrages du Vie. de Bonald avec celle-ci, 6 » s’a— jierçéyra que la collection de ses œuvres n’est pas complète.,.

/’ On a encore plusieurs morceaux du" vie. de Bonald, dans le Mercure, dont il était un des rédacteurs en, ïBo6,’et dans quelques autres journaux, lesquels morceaux ont été en partie reproduits dans le Spectateur français au dix-neuvième siècle., s’., ,.

BONAMY (le général Aug.-J.-BT)rné à

Foritenay-lë-Comtè, en Poitou, vers 1770. — Coup.-d’ceil rapide sur les opérations de là campagne de Napiesjostju’à : l’entrée des Français dans cette Ville. Paris, Dehtu, 1799, in-8, 1 fr. 80 c.’; (;

/— Mémoire sur là révolution de Nâpïes. Paris i8o3, in-8.

BOWAaiX(Fr ;), recteur de l’Université de Nantes et membre de plusieurs Académies ; néà Nantes, le 10 mai 1710, 0.11 il estmort, en 1786.

-i— Floroe Nannetensis prodromus. Nanne-, tis, 1782, crira Addenda ad Floroe Nannetensis prodromùm, 1785, a vol. in-12.

Cet ouvrage est intéressant, malgré son peu d’é-v

tendue, parce qu’il est lé premier qui ait fait con-v

naître les végétaux d’une partie de la Bretagne i et qu’il s’en trouve près de soixante espèces qui n’avaient point été trouvées en France. Bonamy fut.aidé dans ses recherches ». entre autres, par le frère Louis, ! capucin de Nantes, qui, dans un ordre peu propre. à la culture des sciences ; avait cependant acquis des tconnaissances solides en botanique. .. ;, ;

, On doit encore h FIN Bonamy des Observations sur une fit’la sans langue, , qui parler avale et fait toutes les autres fonctions qui dépendent decet, organe (.dans l’anc. Journal de Médecine).

Bonamy fut l’un des fondateurs de la Société d’agriculture de Bretagne, lapremière qui ait existé/.

BONAMY (P.-Nie.), membre de l’Acadéinie des inscriptions et belles-lettres j né à Louyres en Parisis, le 19 janvier 1694 ? mort à Paris, le 8 juillet 1770 *~’ :

Nous ne coimaisspns de ce.savant aucune publi. cation particulière, mais le Recueil’de l’Académie des Inscriptions renfermé de lui les nombreux mé— moires suivants ; quelques-uns n’ont été.imprimés qu’après sa mort : Vie de Démétrius de. Phaïère (Tom. VI1Ï, i33).’— Sentiments des "anciens philosophes sur la pluralité des mondes’(Tom. IX, ijSG). — Dissertation historique sur la bibliothèque" d’Alexandi-ie, avec une pi. {’id., id.) : — Description de la ville d’Alexandrie, telle qu’elle était.du temps de Strabon, avec une carte (« 2-, id.). —Explication tôpogràphïque de la guerre de César dans.Alexan-, drie, après la défaite de Pompée (’d., td.). —rRecherches surrla vie d’Empeuocles ( Tom. X, i ? 36). —Dissertation sûr f origine des lois des douze Tablés, en trois part. (Toui. XII, 1740). —Recherches sur l’historien Timagènes (Tom.’XIII, 174°)* ~; Sl*K moire sur l’état de l’empire.français lorsque ljés. Normands y firent des incursions (Tom. XV, 1743 J. —— Recb.ercb.es sur la célébrité de la ville de pans .avant les ravages des Normands (id. iid.j.r— Suite . dn : Mémoire, sur la célébrité, et l’élcndnede Paris" avant les ravages des Normands (id., id.).V-1.Observations sur les villes municipales, et cri particulier sur le 110m.de consul donné a leurs magistrats (Tom. XVII, ï75i : ).~ Mémoire snr l’état du yoyaume de France pendant le règne de Chailcs-le Chauve, et sur les causes de la facilité cjue les Normands. trouvèrent à lé ravager {id., id.). — Me-. 1 moire sur les incursions-que les/Normands firent dans la Neustrie (id., id.). —Discours sur le traité de’Brétigriy (id., id.). — Mémoire sur l’inondation delà Seine à Paris i au rrioîs ds décembre 1740, comparée aux inondations précédentes ; avec des’.remarques sur l’élévation du sol de celte ville idiid.).

— Mémoire sur l’îled ! 0scelle ou d’Oissel, avec une.. carte par Pli. Buache (Tom. XXi 1753).—Réflexions snr l’auteur ct l’époque de l’érection du comté deBar en duché (id,’, id.). —Mém.’sur les dernières années de la vie de. Jacques Cœur { id., id), — Mémoire sur les suïtesdupr6cèsdeJacquesCœur(ïrf, , iW.) ; —Mém. sur le lieu, les circonstances’etlessuitesde.l’assàssinatdc Louis i duc d’Orléans, frère du roi ; Charles VI, avec une pi. (Tom. XXI *.17, 54) —.Mémoire sur. l’introduction de la langue latine dans lès Gaules, sous la domination des Romains (Tom. XXIV,.1756).

— Réflexions sur la langue latine vulgaire, ppur.ser, -.. vir, d’introduction à l’explication, des serments en langue romane prononcés par-Louis de Germanie et par’les seigneurs français sujets de Ch’arles-leChauve dans l’assemblée de. Strasbourg de l’an ; S4z (« ?.-, id.). r—Explication des Serments en langue Romane que Louis, roi de Germanie et les seigneurs

français sujets de Charles — le Chauve firent à , Sîrasbourg en 842 (Tom. XXVI j, i-759,). — Dissertation, sur les causes de la cessation delà langue tudesque en France, et sur lè’système.du goûverneuient pendant le règne de Cbarlemagné ct de ses successeurs (id., id.)..— Mémoire sur, l’origine et la signification de la formule par la graee’de Dieu, que les’souverains mettent eii tête de leurs lettres (id. id.). —Conjectures surla position de deux anciennes villes, des, Gaules, , nommées Braluspantîum et Mediplanuui (Toin. XXVIII, 1761). — Réflexions sur une loi de.

1’empereur Valentinieri Ier, par laquelle il permet, àu

.lôus les habitants; de l’empire romain d’avoir deux, femmes légitimes en même temps (Tom. XXX, 1764).

— Mémoire liisioriqué sur Je trésor des Chartres, et sur son étal actuel (« f. » td.). — Mémoire sur les aqûéducs.de : Paris, -comparés à ceux : de l’ancienne Rome’(id, , id.). ~ Réflexions.sur— l’évaluation "de nos monnaies et de nos mesures (Tom ; XXXII, 17GS).’"Éclaircissements sur l’histoire de Tempe— reur Othpn IV, auparavant 1 duc d’Aquitaine et comte dePoitiérs (Toin. XXXV,.1.770) ;.—Réflexionssm— îa lecture des anciens actes, et sur la nécessité de cpn ;.. sulter les originaux (id., —td.).—Notice hist. du registre XXII du trésor des chartrés, servant d’explicationaux, titresqu’il.çQutîent, (Tom. XXXVII,’1774) P.-Nic. Bonamy eu’part à la rédactjori de la .Clefdu cabiïietdésprinces de l’Europe.,’; —

. BONNANI (le P.). Traité des Ternis, , traduit de l’italien (par DEZALLIER D’ARGENVIÏ.TJÈ, OU par DUFAY j du Jardin des pzntesy. : Paris, d’Hôftfyï 1723, in-12.

Jombevt reproduisit celte édit.— en 1780, sons.ce titre : Traite, de_ la composition des ternis en gênerai, tràd/de l’ita}. Paris’,. Nyon. Elle a été réimprimée .verS’i8i’2.’-,’.."’, , i —.’. : ’i’',’.. : ’-, BONAPARTE (Alexandrine), pnricésse de Caninb. *

— Batilde, reine des Francs, poëme en s : citants avec JioXes. Paris, Bàpctj 1820 in-S,

6, 6- : ’ : ;’y/.’ : : ; ;. ;’- ;’ ; : .’.. ;  ; : ’v. « .V » ; — ,’. ;.

BONAPARTE (Jacopo). Tablèaubisto— — rique des événements survenus pendant le sac de Rome en 1627, transcrit tlu manuscrit original et imprimé pour 3a première fois à Cologne en lyÔC, àvçc une Nqticè