Ouvrir le menu principal

Page:Quérard - La France littéraire, t. 1, 1827.djvu/138

Cette page n’a pas encore été corrigée


io6 AST AST

pond aux difficultés que, l’on oppose à ce sentiment. Toulouse, 1724, 1726", in-S.

— * Dissertation sur la peste de Provence, par M. A… Montp., 1720, in-8. —La

même, avec la traduction latine, par.J.-J. SCHEUZER. SZurich, 17 21, ïn-4 ; Montpellier, 1722, in-8.

— * Dissertation sur l’immatérialité et l’immortalité* del’ame. Paris, Cavelicr, i*]55, ûr-ï2.

Aslruc se proposait de refondre tous ses écrits sur la métaphysique dans un ouvrage général, intitulé : De animisticat où il aurait exposé une métaphysique des sens.

— * Dissertation sur l’origine des maladies épidéniiqnes, et principalement sur l’origine de la peste. Montpellier, 1721, in-8.

— * Doutes sur l’inoculation de la petite vérole, proposés à la faculté de médecine de Paris. Paris, 56, iu-12.

— Epîstola; J. Astrnc, quibus respondetur epislolari dissertatione Th. Boeri de concoclione. Tolosoe, 17i5, in-8.

G’est une réplique à une diatribe sale el déplacée que publia Pîtcarn, médecin anglais, en réponse au Traité de la cause de la digestion par Astruc.

— État des contestations entre la faculté de médecine et la communauté des chirurgiens. Paris, 37.47Ï in-4*

—* Lettre d’un médecin de Paris à un

médecin de province, sur la place d’un médecin consultant, occupée par M. La Peyronie.i’rtm, 1738, in-4 — * Lettre sur l’espèce de mal de gorge gangreneux qui a régné parmi les enfants en 174S. Paris, 1748, 10-4. —

Quelques bibliographes attribuent celte lettre à Chomél, à la suite de la Disscrtution duquel on la trouve.

—Lettres de J. Astruc, J.-L. Petit et.autres, sur les disputes qui se sont élevées entre les médecins et chirurgiens, avec leurs réponses. Paris, 1738, in-4 Ce vol, renferme cinq lettres publiées par Aslruc, de1737 à 173s.

— Mémoire sur la cause de la digestion des aliments. Montpellier, 1710, iu, -4 — * Mémoires pour servir à l’histoire de la faculté de médecine de Montpellier ; publiés avec une préface et l’éloge de l’auteur, par A.-Çh. LORRY.Paris, 1767, in-4.

— Mémoires pour servir à l’histoire naturelle de.la province du Languedoc. Par., Cavelicr,. 1737, în-4, avec fig. et cartes. —Morbis (de) Venereis.Pfl/vV, 1736, 1 v. in-4 ? iàid, 1740, 2 vol. in-4 » 10 fr.

La seconde édition, a été augmentée par l’auteur. —Le même ouvrage : Traité des maladies -vénériennes, trad. du latin (par BOUDOW

et JAUXT), et retouché par l’auteur. Par., 3740, 3 vol. in-S ; 1755, 4 vol. in-12.— IVe édit., rev. par Louis. Par., Cavelier, 1777, 4 vol. in-12, 7 fr.

La première édition de cette traduction parut en 1734 » 1 vol. in-4.

— Questio medica’.* An es anatome sub tîliori ars medica certior ? /Vzr, , 1743, 111-4.

Astruc ne fit que présider à celte thèse, dont Jacq.-lienigné Winslow est l’auteur.

— Questio medica : An saccharum alimentum ? Parisiis, ij5$, in-4.

— Questio medica de uaturali et praeternaturali judieii exercitîo : An judîcii éxercitium, sîve rectum, sive depravatum, à cerebri mechanismo, et quâ ratione, pendeat ? Monspclliensis, 1720, in-4.

— * Recueil de plusieurs pièces concernant le Traité des tumeurs et des ulcères. Paris, 17 5g, in-12 : .

Cet opuscule a pour but de répondre à quelques critiques du Traité des tumeurs t particulièrement à celle de Ch.-Aug. Vau der Monde, qui était trèspiquante.

—* Réflexion sur la déclaration du roi, dii 23 avril 1743, concernant la communauté des maîtres chirurgiens de la ville de Paris, in-S.

— Sur la cause de l’intercalatîon de la fontaine de Fontest-Oihe, en Languedoc. Toulouse, I73i, iu-12.

Contestation insignifiante qu’Astruc eut à soutenir contre un Père de l’Oratoire, nommé’Planque. Cet opuscule a été réimprimé dans la’suite, avec les Mémoires pour scrt’ir à l’histoire naturelle du Languedoc :

— Thesis medica de causa motus fermentativi ; MonspeUiensis, 1702, in-12.

Aslruc sortait à peine de dessus les bancs, el n’était encore que bachelier, lorsqu’il soutint celle thèse. Le célébré anatoinisle Vieusscns ayant jugé à — propos d’attaquer les idées consignées dans cette thèse, Astrnc lui adressa, la même année, la réponse suivante : Responsio critica animadversionibus 11. fieussens ïti Tractatum de causa’motus Jcnnentativi. Monsp., 1702, , in-4 —Tractatuspathoïogicus, edeuteLAMOTTE. Genevoe t lyfô , 1753, in-S ; Parisiis, 1768, in-12, 2 fr.

—Tractatustherapeulicus, edenteLAMOTTE. Genevoe, 1743, iy5o ; Parisiis, 1767, in-12, 3 fr. — … .

Astruc a toujours renié cet ouvrage,.’qui est le résumé de ses leçons, recueillies par Umiotte.

— Traité de la cohse de la digestion, où l’on réfute le nouveau système de la trituration et du broyeuient, el’OÙ Ton.prouve que les aliments sont digérés et convertis en chyle par une véritable fermentation. Toulouse, , 1714, in-12.’

— Traité des maladies (les femmes, suiv.