Ouvrir le menu principal

Page:Quérard - La France littéraire, t. 1, 1827.djvu/133

Cette page n’a pas encore été corrigée


ART AÏIV loi ;

—, Centenaire (le) de Molière » comédie en un acLe et en vers. Paris, Ditchesfie, 1773, ïu-S, 1 fr. 20 c.

_—* Petite (la) Poste dévalisée. Amsterdam et Paris, Délalain, 1767, ïn-12.

— *Taconnet, ou Mémoires historiques, pour servir à l’histoire de cet homme célèbre. Amsterdam (Pa ? ; is), 3775, in-12.

On cite encore du même : l’Échange, raisonnable, ’comédie en 3 actes ; l’heureuse Entrevue } comédie en un acte et en vers ; Sophie, comédie en 5 actes et en vers ; ni l’une ni l’autre ne paraissent avoir été imprimées. J. : B— Artaud a rédigé pendant plusieurs anuëes le Courrier d’Avignon (iôjçt’anri. suiv.j’

ARTAUD (Nic-L.), littérateur, né à ïris, , le 6 décembre 1794.’

— Chants populaires des frontières méridionales de l’Ecosse, trad. de l’angl. : Voy. SCOTT (Wï),

—— Essai littéraire sur le genre poétique au xixc siècle, lu à l’ouverture des cours de l’Athénée, le su décembre 1824 ! Paris, impr. de Rignoùx, i8a5, trocli. in-8.

Extrait de la Revue encyclopédique.

..’—Grecs (des)et de leur situation actuelle. Paris, marchands de nouveautés ; Treuttel et JViïrtz, i$z5, broch. in-8, 70 c.

1 N.-t.. Artaud a fourni, des articles à plusieurs journaux et ouvrages périodiques, entre autres à la , levue encyclopédique, au Courrier Français, au Globe : , il a été l’éditeur du Climdien, faisant pax ; tie de la Bibliothèque classique latine, publiée par,

, Lemaire.,

ARTAUD —SOULANGE(Fr.), frère. d’Alex.-Fr. j traducteur, né à Paris, en mai 1769.’. ’; ..’ :

—— Histoire de la révolution dé Danemark. Voyez SPITTLEB.. — Manuel d’Histoire naturelle. Yoy ; BIIUMEHUACH.

ARTEFEUIL. Histoire héroïque et universelle, de la noblesse de, Provenoe; , 3i6uy. édit. Avignon, i777-, i786 3 volin-4.’.'

La première édition est d’Avignon, , 1757-59,

2 vol. in-4.’"

ARTEGA on ARTEÀGA (Et.) jésuite espagnol.

— Révolutions du tbéâtre musical en Italie, depuis son origine jusqu’à nos jours y traduites et abrégées de l’italien (par le baron BEROUVRON). Londres, Nardini, 1802, in-8. ARTHUS (le P.), bu plutôt Artbnys, jésuite. Benjamin, ou la Reconnaissance de Joseph, tragédie chrétienne, en 3 actes et envers, qui petit se représenter par tons les collèges, communautés et maisons bourgeoises.’Paris, Cailleau, 1749, in-S. On attribue à ce jésuite la Lettre critique sur la nouvelle tragédie d’Œdipe, (de Voltaire). Paris, , Mangé ; 1719, in — 8 : elle est aussi attribuée, au 1*. i’ulard, àùU; c. jésuite.,’.’'

ARTIGNY (Ant ! Cachet d’), chanoine, né à Tienne, en Dauphiné, le S novembre ï 706, mort en la même ville, le 6 mai 1778. ’, — Mémoires (notjy.) d’histoire, de critique et de littérature. Paris, Debure",’— 17 491756, 7 vol. in-12..’., ’ , " .—Petit Réservoir contenant nnéyartété de faits historiques et critiques. La Haye, 1 jSo, 5 vol. ïn-12. : ,. "" ; : ’ ; -w-* Relation de ce qui s’est passé-dans une assemblée tenue au bas du Parnasse, pour la-reforme, des belles-lettrés. La— Haye, Panpie, 1.739, ini2.’

. Réimprimée dans les Mémoires de critique, (l’histoire CL de littérature du même auteur.’’. :

ÂRTIGUES (d’). Art (sur l’) de fabriquer du : flint-glass bon pour l’optique. Paris y impr » de P. Gueffîer, 1S115 in-S. —Métnoiresurla conservation des blésy etc. Paris, Mmc Biizàrd, 1826, in-S de 16* pag.. avec une pi.

AUTIS (Oabr ; d’). Maîtresse (la) clef ; dû royaume des cieùx, qui est une’clef d’or d’Ophir, enrichie de perles du plus grand prix. Londres,.’.r… in-8 ; i AHÏOIS(P.-H. d’), capitaine du génie. Relation delà défense del)antàïckj en iSi3, parle dixième corps de Tarmée française, côntrei’ariïiée combinéerusseetprussienue.. Paris’, Ladraiige ;’Lhëureux, 1820, in-S V avec a tableaux et une carte, p, fr.

ARTÛR (j, -Fr.), professeur de mathématiques, et de navigation, associé correspondant de l’Académie des sciences l, arts et belles-lettrés de Çaen et membre de la société d’encouragement ; né à Bernièressur-Mer (Calvados),.le 1 1.avril-1795., , ——Description, théorie et usage du cercle .de. réflexion de. Borda. Paris, CariïïanGœurj-, 1824, in-8., avec 5 pi., : 5 fr. —r. , MM-’Francccur et Giyry ont fait chacun ûii rapport sur cet, ouvrage : lé.premier à ; la SociétéM’cneouragementV le second au’ministvc de la marine.

On annonce, comme dévantpaiviître incessamment, , un nouvel ouvrage du même auteur, intitulé : tustrùc- tionsurla règle logarithmique ou à calculer, i.vol., în-S avec une planche. C’est ler resuiné d’un.cours fait T cii 1S24 » car ce professeur, chez M. Len’oïr, jn&énieur-mathématicien ; pour l’explication île.cet in* struuicnt, appelé par les AnglaisWm m/f : .’.

ARTHUR DE LA. GIBONNAIS* Usure (de l’), intérêt et profit qu’on tire du prêt, ou l’ancienne. Doctrine opposée aux nouyeïïesariimons. Par., Detaulne, i y 10, in-i si.

ÀRTUR.’Maximes pour conserver l’union dans les compagnies. Nantes, Daiidré Querre, I7i4, in-ia. ARISKNEÏ (l’abbé’Cl. d’), prêtre’,’, ancien chanoine et’arcliidittcre de l’cglisc