Page:Proust - Pastiches et Mélanges, 1921.djvu/215

Cette page n’a pas encore été corrigée


Cette lettre me toucha beaucoup, je plaignais celui qui souffrait ainsi ; je le plaignais, je l’enviais : il avait encore sa mère pour se consoler en la consolant. Et si je ne pus répondre aux tentatives qu’il voulut bien faire pour me voir, c’est que j’en fus matériellement empêché. Mais surtout cette lettre modifia, dans un sens plus sympathique, le souvenir que j’avais gardé de lui. Les bonnes relations auxquelles il avait fait allusion dans sa lettre étaient en réalité de fort banales relations mondaines. Je n’avais guère eu l’occasion de causer avec lui à la table où nous dînions quelquefois ensemble, mais l’extrême distinction d’esprit des maîtres de maison m’était et m’est restée un sûr garant qu’Henri van Blarenberghe, sous des dehors un peu conventionnels et peut-être plus représentatifs du milieu où il vivait que significatifs de sa propre personnalité, cachait une nature plus originale et vivante. Au reste, parmi ces étranges instantanés de la mémoire que notre cerveau, si petit et si vaste, emmagasine en nombre prodigieux, si je cherche, entre ceux qui figurent Henri van Blarenberghe, l’instantané qui me semble resté le plus net, c’est toujours un visage souriant que j’aperçois, souriant du regard surtout qu’il avait singulièrement fin, la bouche encore entrouverte après avoir jeté une fine répartie. Agréable et assez distingué, c’est ainsi que je le « revois » comme on dit avec raison. Nos yeux ont plus de part qu’on ne croit dans cette exploration active du passé qu’on nomme le souvenir. Si au moment où sa pensée va chercher quelque chose du passé pour le fixer, le ramener un moment à la vie, vous regardez les yeux de celui qui fait effort pour se souvenir, vous verrez qu’ils se sont