Page:Proust - Pastiches et Mélanges, 1921.djvu/140

Cette page n’a pas encore été corrigée
MÉLANGES


« Remarquez, dit Ruskin, que les apôtres sont tous sereins, presque tous portent un livre, quelques-uns une croix, mais tous le même message : « Que la paix soit dans cette maison et si le Fils de la Paix est ici », etc.[1], mais les prophètes tous chercheurs, ou pensifs, ou tourmentés, ou s’étonnant, ou priant, excepté Daniel. Le plus tourmenté de tous est Isaïe. Aucune scène de son martyre n’est représentée, mais le bas-relief qui est au-dessous de lui le montre apercevant le Seigneur dans son temple et cependant il a le sentiment qu’il a les lèvres impures. Jérémie aussi porte sa croix, mais plus sereinement. »

Nous ne pouvons malheureusement pas nous arrêter aux bas-reliefs qui figurent, au-dessous des prophètes, les versets de leurs principales prophéties : Ezéchiel assis devant deux roues[2], Daniel tenant un livre que soutiennent des lions[3], puis assis au festin de Balthazar, le figuier et la vigne sans feuilles, le soleil et la lune sans lumière qu’a prophétisés Joël[4], Amos cueillant les feuilles de la vigne sans fruits pour nourrir ses moutons qui ne trouvent pas d’herbe[5], Jonas s’échappant des flots, puis assis sous un calebassier. Habakuk qu’un ange tient par les cheveux visitant Daniel qui caresse un jeune lion[6], les prophéties de Sophonie : les bêtes de Ninive, le Seigneur une lanterne dans chaque main, le hérisson et le butor[7], etc.

  1. Saint Luc, X, 5.
  2. Ezéchiel, I, 16.
  3. Daniel. VI, 22.
  4. Joël. 1,7, et II. 10.
  5. Amos, IV, 7.
  6. Habakuk, II, 1.
  7. Sophonie, II, 15 ; I, 12 ; II, 14
138