Page:Proudhon - Manuel du Spéculateur à la Bourse, Garnier, 1857.djvu/403

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Plusieurs Compagnies étrangères, anglaises, espagnoles, napolitaines, fréquentent en outre le port de Marseille, et présentent un effectif de 30 bateaux à vapeur.

Le nombre des navires mus par la vapeur, soit à aubes, soit à hélice, qui dessevent ou fréquentent le port de Marseille, est en ce moment de près de 100.


COMPAGNIE FRANCO-AMÉRICAINE.
(Gauthier frères, à Lyon.)


Cette compagnie, formée d’abord au capital de 18 millions, porté aujourd’hui à 23, avec engagement des actionnaires de l’élever à 60 au cas où elle obtiendrait du gouvernement la concession des services transatlantiques, a commencé ses opérations entre Le Havre et New-York, Rio-Janeiro et la Nouvelle-Orléans, depuis février 1856. Elle possédait 8 navires à hélice et à voiles, dont 2 construits à Nantes, et 6 achetés en Angleterre. Un de ces navires, le Lyonnais, a péri, au commencement de novembre 1856, dans un abordage au milieu de l’Atlantique, Deux autres navires sont en construction à Nantes.

La pensée qui présida à la formation de cette Compagnie fut d’abord l’application sur une grande échelle du système de vaporisation à éther de M. Du Trembley, à l’instar de la Compagnie L. Arnaud et Touache frères, de Marseille ; puis l’espoir plus ou moins fondé d’obtenir tout on partie des concessions en projet pour le service de l’État.

Jusqu’ici, malgré les rapports favorables des ingénieurs du gouvernement, le système Du Trembley n’a reçu de la Compagnie Franco-Américaine aucune application. Les directeurs semblent y avoir entièrement renoncé ; des doutes se sont même élevés sur la réalité de la découverte, et l’on n’hésite pas à attribuer le succès de la Compagnie L. Arnaud et Touache frères à toute autre cause que l’éther.

Quant à la concession ou aux concessions à faire par l’État, une commission formée par le gouvernement pour étudier la question et examiner les titres des Compagnies soumissionnaires, a ainsi classé les concurrents :