Page:Proudhon - Manuel du Spéculateur à la Bourse, Garnier, 1857.djvu/400

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


neuvienne, comprenant 29 navires jaugeant ensemble 4,258 tonneaux, au prix de 1,265,000 fr., soit une valeur moyenne, par tonneau de jauge, de 245 fr. pour les navires à voiles, et de 629 fr., machines comprises, pour les navires en fer à hélice. Au mois d’octobre 1855, elle a obtenu la francisation d’un navire à voiles et de six bâtiments à vapeur achetés en Angleterre. Au 1er janvier 1856, elle avait à la mer 45 navires représentant un capital de 6,779,191 fr. Enfin, lors de l’assemblée générale du 29 avril 1856, son matériel se composait de :

Navires à vapeur à flot
—— en construction
8
2
} 10
Navires à voiles à flot
—— en construction
45
14
} 59
= 69 jaugeant 23,850 tonnes

La Société entreprend la navigation au long cours, le grand et le petit cabotage, l’armement et le commerce maritime.

Le dividende sur l’exercice 1855 a été de 4 fr. 50, indépendamment de l’intérêt à 5 0/0.

L’assemblée se compose des propriétaires de 20 actions.


CLIPPERS FRANÇAIS.
(Paris, 20, rue Neuve-des-Capucines.)


Commandite sous la raison sociale Graham, de Linarès et Cie, fondée pour 30 ans à partir du 18 janvier 1855. — Capital, 20 millions ; actions de 100 fr. L’assemblée se compose des propriétaires de 25 actions.


COMPAGNIE CENTRALE.
(Siége social à Bordeaux.)


Commandite sous la raison sociale A. Lubbert et Cie, fondée le 12 avril 1838. Capital, 2,100,000 fr, ; actions de 250 fr.


COMPAGNIE D’ARMEMENTS MARITIMES.
(Paris, 20, rue Drouot.)


Commandite sous la raison sociale J.-C. Barbey et Cie,