Page:Proudhon - Les Malthusiens, 1849.djvu/2

Cette page a été validée par deux contributeurs.


l’indifférence du siècle, le Peuple dit, par manière de proverbe, et c’est en cela que nous nous distinguons de l’Anglais : Il faut que tout le monde vive ! — Et notre Peuple, en disant cela, croit être aussi bon chrétien, aussi conservateur des bonnes mœurs et de la famille, que feu Malthus.

Or, ce que le Peuple dit en France, les économistes le nient ; les gens de loi et les gens de lettres le nient ; l’Église, qui se prétend chrétienne, et de plus gallicane, le nie ; la presse le nie, la haute bourgeoisie le nie, le gouvernement, qui s’efforce de la représenter, le nie.

La presse, le gouvernement, l’Église, la littérature, les économistes, la grande propriété, tout, en France, s’est fait anglais, tout est malthusien. C’est au nom de Dieu et de sa sainte Providence, au nom de la morale, au nom des intérêts sacrés de la famille, qu’on soutient qu’il n’y a point de place, dans le pays, pour tous les enfans du pays, et qu’on insinue à nos femmes d’être moins fécondes. En France, malgré le vœu du Peuple, malgré la croyance nationale, le boire et le manger sont réputés privilége, le travail privilége, la famille privilége, la patrie privilége.

M. Antony Thouret disait l’autre jour que la propriété, sans laquelle il n’est ni patrie, ni famille, ni travail, ni moralité, serait irréprochable le jour où elle cesserait d’être un privilége. C’était dire assez clairement que pour abolir tous les priviléges, qui mettent, pour ainsi dire, hors la loi, hors l’humanité, une partie du Peuple, il fallait, avant tout, supprimer le privilége fondamental et changer la constitution de la propriété.

M. Antony Thouret s’exprimait en cela comme nous-mêmes, comme le Peuple. L’État, la presse, l’économie politique ne l’entendent pas ainsi : ils s’accordent à vouloir que la propriété, sans laquelle, au dire de M. Thouret, point de travail, point de famille, point de république, demeure ce qu’elle a toujours été, — un privilége.

Tout ce qui se fait, qui se dit, qui s’imprime aujourd’hui et depuis vingt ans, se fait, se dit et s’imprime en conséquence de la théorie de Malthus.

La théorie de Malthus, c’est la théorie de l’assassinat politique, de l’assassinat par philanthropie, par amour de Dieu. — Il y a trop de monde au monde : voilà le premier article de foi de tous ceux qui, en ce moment, au nom du Peuple, règnent et gouvernent. C’est pour cela qu’ils travaillent de leur mieux à dimi-