Page:Proudhon - De la création de l’ordre dans l’humanité.djvu/368

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


croyait à la suffisance du Christ et à l’infaillibilité de son Église. Maintenant la parole du Christ a été trouvée légère ; l’Église se trouble et défaillit à nos yeux : cependant l’Esprit de vie, le Paraclet, annoncé par Jésus-Christ, ne se laisse point attendre. À l’Évangile succède la métaphysique éternelle ; aux décisions de l’Église, l’organum absolu de la Raison. Suivons donc nous-mêmes la loi qui nous est révélée. La société est un jeune arbre qui a souffert de la pluie et des frimas ; mais voici que le bois bourgeonne, les fleurs s’épanouissent au sein d’une luxuriante feuillée. Retranchons les branches inutiles, arrachons les mousses parasites, écrasons les chenilles, ne négligeons pas le labour et l’arrosage, et ce qui doit être arrivera.

546. Le Travail, champ d’observation de l’Économie politique, considéré, 1o subjectivement, dans le travailleur ; 2o objectivement, dans la matière de production ; 3o synthétiquement, dans la distribution des emplois et la répartition des salaires ; 4o historiquement, dans ses déterminations scientifiques ; — le travail est la force plastique de la société, l’idée-type qui détermine les diverses phases de sa croissance, et par suite tout son organisme, tant interne qu’externe (497). En un mot, le foyer de la vie sociale étant quadruple, la société est une série composée ou systématique à quatre faces (269 et suiv. 285), une série organisée à la manière des êtres vivants. C’est ce que nous allons démontrer par une simple transformation des termes.

547. Première proposition. La société est le produit de quatre mouvements généraux, déterminés eux-mêmes par les lois fondamentales de l’Économie politique, et correspondant aux grandes divisions de la science.

1. Mouvement organique : — division de la puissance souveraine (le Travail) ; circonscription et coordination des fonctions ; égalité et responsabilité des agents. Parti de la sphère politique, le mouvement s’étend aux catégories industrielles, par la philosophie et la science.

Cette partie de l’Économie politique est toute à créer. Après avoir déterminé brièvement les lois du travail (ch. iv, § 3), nous en avons montré les manifestations spontanées et les applications plus ou moins heureuses dans l’histoire (ch. v).

2. Mouvement industriel : — production et circulation des valeurs ; formation des capitaux et du crédit, par la lettre de change, la banque, la rente, la bourse, les sociétés d’assurance, le salaire. Théorie des monnaies.

Cette branche de l’Économie politique, que nous avons exposée