Page:Proudhon - De la création de l’ordre dans l’humanité.djvu/306

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pluralité des voix, n’est pas plus rationnelle que l’indication des différences calorifiques, au moyen de l’échelle centigrade.

Mais si, dans les prévisions de Fourier, le travail parcellaire usité dans les groupes et séries suppose préalablement une éducation complète et une capacité entière de la part de l’ouvrier (double condition sur laquelle il était nécessaire d’insister) ; — si la participation aux travaux de plusieurs groupes, sans ôter au travailleur la spécialité et la responsabilité qui lui sont propres, a seulement pour objet de le mettre en rapport avec d’autres travailleurs, également spéciaux et responsables, mais dont il devient momentanément l’agent subalterne, comme ils deviennent ses auxiliaires à leur tour ; — si, par cette réciprocité de services, on entend rendre plus présente et plus intime la solidarité générale, sans détruire la responsabilité individuelle (considérations importantes, et qui paraissent avoir échappé jusqu’ici à l’analyse) ; — si la variété des occupations est combinée de manière à former un tout synthétique ; — si, enfin, le classement des capacités par numéros d’ordre n’est autre que le principe électif appliqué à la nomination des directeurs et contre-maîtres, et, en certains cas, une forme arbitrale de jugement (inventions trop connues pour qu’il vaille la peine de s’en vanter) : alors on conçoit que la série industrielle de Fourier puisse devenir la forme idéale de la société ; et, pour me servir d’une comparaison appropriée au sujet, qu’elle soit la machine politique fonctionnant à vingt-cinq atmosphères. La postérité dira si une telle force de concentration et d’activité collective peut être atteinte : pour nous, notre devoir est de procéder à l’organisation sociale avec clarté et méthode, et de suivre dans notre marche la mesure frappée par l’inflexible Providence.

452. Je ne pousserai pas plus loin les exemples. Après une nouvelle étude, il m’a semblé que Fourier, génie purement instinctif, et dont la vie s’écoula, pour ainsi dire, en un perpétuel ravissement, avait été travesti par ses propres hallucinations, par les boutades humoristiques de son style et le mauvais goût de ses descriptions, enfin par les maladresses de ses admirateurs ; et j’ai cru devoir cette réhabilitation à sa mémoire.

Quant à la mécanique des passions, aux intrigues, cabales, rivalités, effets d’émulation et de contraste, à tous ces petits jeux qu’on nous dépeint comme le grand ressort de la série et l’occupation favorite des Harmoniens, je ne crois pas que la gravité de l’homme et la majesté des nations s’y arrêtent. Au reste, pour en dire tout ce que je pense, une comparaison me suffit.

Depuis que l’école sociétaire existe, il est incontestable qu’elle s’est principalement soutenue et propagée par la cabaliste : je n’en