Page:Principes de dressage et d'équitation.djvu/61

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
41
POSITION DE L’AMAZONE.

repose également des deux côtés sur la selle, les hanches, et par suite les épaules, restent aisément placées ainsi dans le trot.

Le trot â l’anglaise doit être pris pour ainsi dire sous soi. Le haut du corps, ne faisant aucun effort, ne s’enlève pas ; il se laisse enlever parle mouvement du cheval, le pied reposant dans l’étrier sans raideur, la cheville et les genoux ne faisant que l’office de charnières. La moindre contraction, le moindre effort dans la cheville, dans les genoux ou dans les reins, donne à l’amazone une apparence raide, disgracieuse, et rend l’exercice du cheval fatigant.

Si l’amazone se conforme à ces règles, elle marque un temps sur la selle et un temps en l’air. Autrement, elle retombe trop tôt et marque deux temps sur la selle, d’où secousse inutile et fatigue. Je développerai plus longuement cette observation, à propos du cavalier, dans le chapitre du trot.

Sa souplesse est la qualité indispensable de l’amazone ; elle s’acquiert par l’habitude du cheval et aussi par quelques exercices préalables dont le meilleur est la danse.

Souvent aussi, l’aisance de l’amazone est compromise par de très petits détails de toilette pour lesquels de bons conseils lui ont fait défaut, c’est pourquoi je m’y arrête un instant.

La femme à cheval se blesse très facilement. Le moindre pli dans ses vêtements détermine une écorchure. Pour une longue promenade, et à plus forte