Page:Principes de dressage et d'équitation.djvu/13

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À FRANÇOIS CARON
ANCIEN ÉCUYER EN CHEF DE LA MAISON DE L’EMPEREUR DE RUSSIE




C’est à vous, chef maître et ami, que je dédie ce livre. Il vous reviendrait de droit, s’il ne vous était offert par reconnaissance.

Vous avez guidé mes premiers pas dans l’art difficile de l’équitation ; vous m’avez suivi, encouragé, aidé dans toute ma carrière.

Autrefois, quand vous me félicitiez de mon application au travail, quand vous me disiez que vous étiez fier de votre élève, quelle ardeur je puisais dans vos paroles ! Aujourd’hui, j’ai la grande joie de vous exprimer publiquement toute ma gratitude en vous offrant ce modeste travail où vous retrouverez, j’espère, une bonne part de vous-même.

Accueillez-le avec bienveillance et croyez-moi

Votre élève reconnaissant, votre ami

James Fillis.

Paris, 31 mai 1890.