Page:Pradels - L’Agent de la sûreté de Marseille, 1895.djvu/10

Cette page a été validée par deux contributeurs.





L’AGENT


DE LA


SURETÉ DE MARSEILLE





Ce que nous rions à Marseille
De la police de Paris !
Celle qui n’a jamais rien pris…
Et qui se croit une merveille !
Il faut les plaindre, cependant,
Ces pauvres agents… ridicules…
Petits… chétifs… Nous, des hercules !
Ayant de l’œil et de la dent.
Dans nos veines court le picrate !
Pas un seul assassin qu’on rate !
Même avant le crime… arrêté !…
Té ! ça, c’est de la sûreté !