Page:Pouchkine - Boris Godounov, trad Baranoff, 1927.djvu/97

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MARINA

Tu vois, tu parlerais jusqu’au matin, et je ne suis pas encore habillée.


ROUZIA

Un seul instant encore, et tout est prêt.

(Les servantes s'affairent.)

MARINA, (à part)

Il faut que je sache tout.


UNE SUITE DE SALLES ECLAIRÉES
Musique. Vichnewetzki, Mnischek.



MNISCHEK

Il ne s’occupe que de ma fille Marina ; c’est à elle seule qu’il parle. Voilà qui me semble de bon augure pour un mariage ! Dis-moi, Vichnewetzki, as-tu jamais songé qu’un jour ma fille pourrait devenir tsarine ?


VICHNEWETZKI

C’est extraordinaire, en effet ! Et toi, as-tu songé que mon valet pourrait monter sur le trône ?


MNISCHEK

Dis-moi, comment trouves-tu Marina ?