Page:Pouchkine - Boris Godounov, trad Baranoff, 1927.djvu/79

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

BORIS

Écoute, Wassili Chouïsky : lorsque j’appris que cet enfant était… que cet enfant avait cessé de vivre, je t’envoyai pour faire l’enquête. Aujourd’hui, je te conjure, au nom de la croix, au nom de Dieu, de me dire la vérité tout entière ! As-tu bien reconnu l’enfant assassiné ? N’y eut-il point erreur, substitution peut-être ?


CHOUÏSKY

Je jure…


BORIS

Ne jure point, prince, réponds tout simple ment : était-ce le tsarewitch ?


CHOUÏSKY

C’était lui


BORIS

Réfléchis bien ; je te pardonnerai, je ne punirai pas d’une inutile disgrâce ton mensonge passé ; mais si maintenant tu oses dissimuler encore, alors je jure, prince, je jure sur la tête de mon fils, que le supplice t’attend, un supplice si cruel qu’il épouvantera le tsar Ivan lui-même au fond de sa tombe !