Page:Pouchkine - Boris Godounov, trad Baranoff, 1927.djvu/39

Cette page a été validée par deux contributeurs.



GRÉGORI

Boris, Boris ! tout tremble devant toi ! Personne n’ose même te rappeler ton crime : la fin sanglante du petit tsarewitch ! Et cependant ici, dans cette cellule sombre, on a porté un témoignage terrible contre toi ; tu n’échapperas point aux jugements des hommes, tu n’échapperas point au jugement de Dieu.



L’ENCEINTE DU MONASTÈRE
Grégori et le Moine Tentateur.


GRÉGORI

Quel ennui et quelle misère que notre pauvre existence ! Les journées viennent et s’en vont, et l’on ne voit toujours que soutanes noires, et l’on n’entend que le son des cloches. Le temps se passe à flâner en bâillant ; et, de désœuvrement, on sommeille. La longue nuit s’écoule sans apporter de repos au novice, et lorsqu’il s’endort, à l’aube, de sombres rêves l’assaillent. On est heureux d’être réveillé par la cloche ou par des coups de béquille… Non, je ne puis endurer cela davantage, je n’en ai point la force ! Je vais m’enfuir, sauter par-dessus l’enceinte ! Le