Page:Pouchkine - Boris Godounov, trad Baranoff, 1927.djvu/22

Cette page a été validée par deux contributeurs.



PREMIÈRE VOIX

Ni moi non plus ! As-tu un peu d’oignon, afin que nous puissions nous en frotter les yeux ?


UNE AUTRE VOIX

Frotte avec ta salive. Mais qu’y a-t-il encore ?


PREMIÈRE VOIX

Si l’on pouvait comprendre !


LE PEUPLE

Boris a accepté ! Boris prend la couronne ! Boris est notre tsar ! Vive notre tsar Boris !


AU PALAIS DU KREMLIN
Boris, le Patriarche, les boyards.


BORIS

Toi, Patriarche saint, vous, fidèles boyards devant vous tous j’ai mis à nu mon âme j’accepte le pouvoir avec humilité, avec appréhension, vous avez pu le voir. La tâche me semble lourde de succéder au tsar Ivan, si terrible, au tsar que tous nommèrent le Juste. Homme saint, mon prédécesseur auguste daigne, du ciel, être touché de nos pleurs,