Page:Pouchkine - Boris Godounov, trad Baranoff, 1927.djvu/153

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BASMANOV

Il a raison ! Partout on sent la trahison. Que dois-je faire ? Attendre qu’on me fasse prisonnier et qu’on me livre à cet usurpateur ? Si je prévenais à temps la catastrophe, en me rendant… Mais trahir mon serment, déshonorer mon nom à tout jamais, payer la confiance de mon jeune souverain par une lâcheté infâme ! Il est permis à l’exilé, dans sa disgrâce, de méditer complots et trahisons. Mais moi, mais moi, le favori du tsar… Mais le pouvoir… la mort… mais les malheurs…

(Il songe.)

Qu’on vienne ici ! (Il siffle.) Mon cheval ! Qu’on batte le rappel !



PLACE PUBLIQUE À MOSCOU
Pouchkine s’avance, entouré du peuple.


LE PEUPLE

Dimitri nous envoie un messager ! Écoutez tous ce qu’il va dire ! Ici, ici !


POUCHKINE, (sur le parvis)

Le tsarewitch me charge de saluer son peuple.

(Il salue.)