Page:Pouchkine - Boris Godounov, trad Baranoff, 1927.djvu/133

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L’IMPOSTEUR

N’as-tu point honte, Rojnov, de m’avoir combattu ?


LE PRISONNIER

Que pouvais-je faire ? Nous n’avons pas le choix.


L’IMPOSTEUR

Assistais-tu à la bataille de Sieversky ?


LE PRISONNIER

C’est quinze jours après cette bataille que je quittai Moscou.


L’IMPOSTEUR

Et Godounov ?


LE PRISONNIER

Il était fort abattu par sa défaite, et par la blessure qu’avait reçue le prince Mstislavsky. Il a nommé Chouïsky commandant en chef de toute l’armée.


L’IMPOSTEUR

Et pourquoi a-t-il mandé Basmanov à Moscou ?


LE PRISONNIER

En récompense de ses services, le tsar l’a