Page:Poincaré - Sur la dynamique de l’électron.djvu/31

Cette page a été validée par deux contributeurs.


par la lumière pour aller d’un point à l’autre de l’électron ; en d’autres termes, dépendra non seulement de mais de leurs dérivées de tous les ordres par rapport au temps.

Eh bien, le mouvement sera dit quasi-stationnaire quand les dérivées partielles de par rapport aux dérivées successives de seront négligeables devant les dérivées partielles de par rapport aux quantités elles-mêmes.

Les équations d’un pareil mouvement pourront s’écrire :

(1)

Dans ces équations, a la même signification que dans le § précédent ; sont les composantes de la force qui agit sur l’électron : cette force étant due uniquement aux champs électrique et magnétique produits par les autres électrons.

Observons que ne dépend de que par l’intermédiaire de la combinaison


c’est-à-dire de la grandeur de la vitesse ; on a donc, en appelant encore la quantité de mouvement :


d’où :

(2)
(2bis)


avec

(3)

Si nous prenons la direction actuelle de la vitesse pour axe des il vient :


les équations (2) et (2bis) deviennent :


et les trois dernières équations (1) :

(4)