Page:Poe - Les Poèmes d’Edgar Poe, trad. Mallarmé, 1889.djvu/42

Cette page n’a pas encore été corrigée


encore sur le buste pallide de Pallas, juste au-dessus de la porte de ma chambre, et ses yeux ont toute la semblance des yeux d’un démon qui rêve, et la lumière de la lampe, ruisselant sur lui, projette son ombre à terre : et mon âme, de cette ombre qui gît flottante à terre, ne s’élèvera — jamais plus.