Page:Poe - Les Poèmes d’Edgar Poe, trad. Mallarmé, 1889.djvu/165

Cette page n’a pas encore été corrigée


Le sonnet envoyé par le traducteur des Poèmes, lors de l’érection à Baltimore du tombeau de Poe, et lu en cette solennité, sert de frontispice.


Citer la double version américaine est un moyen que j’ai de témoigner ma reconnaissance à deux femmes poëtes, dont l’une joint son nom dans ces pages à ce qui concerne Poe, et l’autre honore par mainte production les lettres de son pays.


Imitation libre de Mrs Sarah Helen Whitman


THE TOMB OF EDGAR POE

Even as eternity his soul reclaimed,
The poet’s song ascended in a strain
So pure, the astonished age that had defamed,
Saw death transformed in that divine refrain.