Page:Poe - Derniers Contes.djvu/82

Cette page a été validée par deux contributeurs.


bliques — et cela dura jusqu’au jour où enfin on s’aperçut que ce qui était l’affaire de chacun n’était l’affaire de personne, et que la République (ainsi s’appelait cette chose absurde) manquait totalement de gouvernement. On raconte, cependant, que la première circonstance qui vint troubler, d’une façon toute spéciale, la satisfaction des philosophes qui avaient construit cette république, ce fut la foudroyante découverte que le suffrage universel n’était que l’occasion de pratiques frauduleuses, au moyen desquelles un nombre désiré de votes pouvait à un moment donné être introduit dans l’urne, sans qu’il y eût moyen de le prévenir ou de le découvrir, par un parti assez déhonté pour ne pas rougir de la fraude. Une légère réflexion sur cette découverte suffit pour en tirer cette conséquence évidente — que la coquinerie doit régner en république — en un mot, qu’un gouvernement républicain ne saurait être qu’un gouvernement de coquins. Pendant que les philosophes étaient occupés à rougir de leur stupidité de n’avoir pas prévu ces inconvénients inévitables, et à inventer de nouvelles théories, le dénouement