Page:Poe - Derniers Contes.djvu/72

Cette page a été validée par deux contributeurs.


à retarder le progrès de toute vraie science qui ne marche guère que par bonds intuitifs. L’idée ancienne condamnait l’investigation à ramper, et pendant des siècles les esprits furent si infatués de Hogg surtout, que ce fut un temps d’arrêt pour la pensée proprement dite. Personne n’osa émettre une vérité dont il ne se sentit redevable qu’à son âme. Peu importait que cette vérité fût démontrable ; les savants entêtés du temps ne regardaient que la route au moyen de laquelle on l’avait atteinte. Ils ne voulaient pas même considérer la fin. « Les moyens, criaient-ils, les moyens, montrez-nous les moyens ! » Si, après examen des moyens, on trouvait qu’ils ne rentraient ni dans la catégorie d’Aries (c’est-à-dire de Bélier) ni dans celle de Hogg, les savants n’allaient pas plus loin, ils prononçaient que le théoriste était un fou, et ne voulaient rien avoir à faire avec sa vérité.

Or, on ne peut pas même soutenir que par le système rampant il eût été possible d’atteindre en une longue série de siècles la plus grande somme de vérité ; la suppression de l’Imagination était un mal